Société

Assainissement en milieu Universitaire : le Ministre Assétou Founè Samaké a donné le premier coup de balai

Dans le cadre de l’assainissement de la ville de Bamako notamment à la veille du Sommet Afrique-France, les espaces universitaires ne sont pas restés en marge. En effet, le mardi 10 janvier passé une journée de salubrité a été organisée sur la Colline du savoir de Badalabougou, en présence de Madame le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Pr. Assétou Founè Samaké. Elle était accompagnée par son collaborateur de la Jeunesse et de la construction citoyenne, Amadou Koita ; du Doyen de la Faculté des sciences et techniques (Fst), Dr. Fana Tangara ; du Secrétaire général du Bureau de coordination de l’Association des élèves et étudiants du Mali (Aeem) ; du corps professoral ainsi que des étudiants.

Le ton de la cérémonie a été donné par le Doyen de la Faculté des sciences et techniques (Fst). « L’évènement qui nous réunit ce matin est très important. Tout ce qui peut nous créer des ennuis se retrouve dans les tas d’ordure et dans l’insalubrité. Organiser une activité autour de la salubrité ne peut être que louable », a-t-il dit. Il a ensuite salué l’initiative avec une mention spéciale pour la ministre. Selon lui, le choix des locaux de son établissement n’est pas un hasard, car il abrite les campus où les étudiants logent. Il a fait savoir qu’en faisant un tour aux alentours de la FST voire les espaces universitaires sur la colline, on se rend compte que ces espaces ont besoin d’un coup de main pour les rendre propres. « Nous espérons qu’à la fin de cette journée un nouveau visage sera donné à ces espaces pour la santé des enseignants ainsi que des étudiants », a-t-il laissé entendre.

Le Secrétaire général du bureau de coordination de l’Aeem, Abdoul Salam Togola, a souligné que les étudiants sont les premiers bénéficiaires de cette journée de salubrité. A ses dires, l’assainissement et la propreté des espaces universitaires incombent à la fois aux administrateurs et aux étudiants. C’est pourquoi, il a pris l’engagement que cet acte sera pérennisé car la propreté des espaces universitaires et scolaires interpelle l’AEEM. Le Ministre de la Jeunesse et de la Reconstruction Citoyenne, Amadou Koita, a fait savoir que « Bamako peut être propre et doit être propre ». « Si les populations acceptent, nous vivrons dans un environnement débarrassé des impuretés », a-t-il dit. Selon lui, la ville serait plus propre si les jeunes s’engageaient pour la cause. « Nous devons maintenir cette salubrité dans tous les espaces universitaires et scolaires et nous ne cesserons jamais de nous engager dans ce sens pour le bien-être des acteurs du monde universitaire », a déclaré madame le ministre de l’Enseignement supérieur.

Seydou Karamoko KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *