Commune Rurale de Dio-Gare : les ambitions du Maire Daouda Kane pour le développement de sa commune

A l’issue des échéances communales passées, Daouda Kane a succédé à lui-même, sous les couleurs du Parti de l’Union pour la République et la démocratie (Urd). L’homme n’est pas inconnu dans la commune rurale de Dio-Gare, Région de Koulikoro, cercle de Kati. Il a dévoilé son ambition de développer sa commune tout en faisant une mise en garde contre les spéculations foncières. C’était au cours d’un point de presse.

Retenons que le Maire Daouda Kane juge son mandat écoulé satisfaisant. Il a remercié les populations de Dio-Gare pour le renouvellement de leur confiance à sa modeste personne. Il a ensuite dédié sa victoire à l’ensemble des populations de sa commune. Et de dire que le développement d’une commune rurale a souvent besoin des investisseurs et c’est pourquoi il a salué la construction d’une Usine de Cimenterie, récemment inaugurée par le Président de la République, SEM Ibrahim Boubacar Keita, en décembre 2016. A ses dires, la construction de cette usine s’inscrit en droite ligne de la politique des États à lutter contre le chômage des jeunes, car elle permettra de créer 200 emplois directs et indirects

Selon monsieur le Maire, sa commune se porte très bien, puisqu’elle possède des partenaires au développement. Il a estimé que le bilan de son mandat passé est satisfaisant, car beaucoup de réalisations ont été faites. Ces réalisations, a-t-il précisé, faites de 2009-2016, concernent les plans tels que l’hydraulique, l’économie, l’agriculture et la lutte contre le chômage des jeunes dans la commune.

Sur la question des spéculations foncières, le Maire Daouda Kane, a mis les points sur les i, en disant que dans notre pays la terre appartient à l’Etat. Elle est attribuée (temporairement) par une autorité administrative (préfets, maires, etc.) et devient propriété privée avec un titre foncier (TF) délivré par l’Etat. Théoriquement, l’Etat ne vend pas de terrain, il l’attribue. Le Titre Foncier (TF) est le seul document légal reconnu au Mali comme titre/preuve de propriété.

En effet, de son point de vue, ce sont les populations maliennes elles-mêmes qui sont à la base des problèmes fonciers, car ce sont elles qui vendent les terrains sans autant consulter les maires, sauf en cas de problèmes. Sinon, a-t-il ajouté, si les populations collaborent avec les élus concernant la distribution des terres, il y aura moins de problèmes fonciers dans notre pays.

En outre, il a rappelé qu’un maire est à la fois agent de l’État et agent de la commune en tant que collectivité territoriale. Il exerce des fonctions dans les différents domaines. Il est officié d’état civil et officier de représentation d’Etat. En tant qu’agent exécutif de la commune, le maire est chargé de l’exécution des décisions du conseil communal des collectivités et agit sous le contrôle de ce dernier. Il représente la commune en justice, passe les marchés, signe des contrats, prépare le budget et gère le patrimoine communal.

La commune rurale de Dio-Gare est située à près de 37 km de Bamako. Elle relève du cercle de Kati, région de Koulikoro. La population de la commune rurale de Dio-Gare est estimée à 9 729 habitants, repartis sur une superficie de 180,2km2. La commune, administrée par 11 conseillers communaux, comprend 7 villages et ses principales activités restent : l’agriculture, l’élevage, le maraichage et le petit commerce.

S.K. KONE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*