FMOS-FAPH/USTTB : démarrage de l’année 2016-2017 avec de nouvelles perspectives

Au niveau des facultés de médecine et d’odontostomatologie (FMOS) et de pharmacie (FAPH) de l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB), la rentrée des classes au titre de l’année universitaire 2016-2017 a lieu aujourd’hui lundi 16 janvier 2017.  

Les étudiants, les enseignants ainsi que les responsables des deux décanats se sont fortement mobilisés pour la circonstance. « Je suis de nationalité Camerounaise, bien avant mon admission au Baccalauréat, j’avais déjà fait le choix de venir me former à la faculté de pharmacie du Mali. Car chez nous au Cameroun, les pharmaciens et les médecins formés au Mali ont une très bonne réputation », nous confie Beatrice. Un autre jeune de nationalité Togolaise répondant au nom de Fousseni Koriko qui passe en 5ème année médecine, dira qu’il a fait le bon choix en acceptant de venir s’inscrire à la faculté de médecine (FMOS) de Bamako. « La qualité des formations reçues est bonne et les Maliens sont adorables », a-t-il ajouté. En plus de ses deux intervenants, nous avons reçu plusieurs autres témoignages allant dans le même sens.

Contacté par notre rédaction, le Recteur Adaman Diaman Keita a tout d’abord souhaité une bonne et heureuse année 2017 à tous les acteurs des deux facultés. « Qu’Allah Soubahana Houwa Taala les assiste dans leur tâche que je sais difficile et peu de reconnaissance en retour du service rendu à la nation. Mais c’est une tâche sacerdotale dont la récompense est surtout divine. Qu’Allah les assiste et les bénisse. Dans un second temps c’est pour les remercier et les féliciter pour avoir engagés nos deux facultés dans la voie de l’excellence en procédant à l’harmonisation des programmes de formation conformément aux directives de l’organisation ouest-africaine de la santé (OOAS). Je demande particulièrement aux étudiants de s’en approprier pour être parmi les élites de demain dans notre sous-région ouest-africaine », a-t-il dit.

« Malgré les ressources maigres que les chercheurs maliens possèdent, ils font aujourd’hui la fierté de la nation », disait le président Ibrahim Boubacar Keïta, à l’occasion de la rentrée solennelle organisée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Il a reconnu le manque d’enseignants et d’infrastructures et a promis plus d’engagement de la part de l’État, surtout pour la promotion de la recherche au Mali.

Il est important de signaler que quelques jours avant la rentrée des classes, la faculté de médecine et d’odontostomatologie (FMOS) et la faculté de pharmacie (FAPH) ont procédé à l’harmonisation de leurs programmes de formation avec les autres pays membres de la CEDEAO (Communauté économique des États d’Afrique de l’ouest). Toute chose qui amènera les deux facultés à modifier légèrement les programmes de formation.

KANTAO Drissa

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*