Actualités

Route Kangaba-Dioulafoundo-Frontière de Guinée : IBK soulage les souffrances des populations

La cérémonie du lancement des travaux de construction et de bitumage de la route Kangaba-Dioulafoundo-Frontière de Guinée, s’est déroulée, le samedi 06 mai 2017, à Kangaba sous la haute présidence du Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maiga. C’était en présence du ministre de l’Equipement et du désenclavement, Mme Traoré Seynabou Diop; quelques membres du Gouvernement ; plusieurs d’autres personnalités de l’Etat ; des autorités coutumières et administratives du Kangaba. Des milliers des populations sont sorties massivement pour magnifier cet évènement capital de leur localité.

Les travaux de construction et de bitumage de cette route de 52 kilomètres pour un montant de 19 437 950 586 de francs de CFA, financés entièrement par le budget national, ont été confiés à l’Entreprise générale Mamadou Konaté (EGK) pour un délai d’exécution de 15 mois hors saison pluies. Ce lancement est le deuxième d’une série de lancement de cinq projets routiers dans les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso et Ségou qui intervient après celui de la route Banconi-Dialakorodji-Safo-Dabani-Nossombougou sous la présidence du président de la République, Ibrahim Boubacar Keita. Ce projet s’inscrit indubitablement à la concrétisation de la ferme volonté du président de la République IBK, en réduisant la souffrance des populations par la réalisation d’infrastructures de développement et la création d’emplois pour les jeunes. Il s’inscrit également dans le cadre de l’intégration du réseau routier de communication en Afrique et dans les sous-régions. En réalisant, cette route va faciliter le développement des échanges socio-économiques entre les deux pays et encourager la mise en valeur des vastes zones et des énormes potentialités non encore exploitées.

Le Maire de la Commune rurale de Kangaba, Zé Sinayogo n’a pas camouflé son joie en disant que les populations du Mandé n’ont pas de mot pour remercier le Chef d’État et son Gouvernement. Pour lui, IBK a tenu sa promesse et a pensé aux maux de la population du mandé. Selon lui, la route est le moteur du développement et cette route permettra à booster le développement socio-économique du mandé. Il a évoqué ainsi certaines difficultés que cette route a eu à affliger sur la population, notamment en causant des victimes à plusieurs femmes enceintes. Et, il a ainsi souligné que le cercle du Kangaba serait toujours enclavé à cause de l’état de Kangaba et Naréna. «Nous vous demandons monsieur le Premier ministre à la réalisation de 5 km bitumée en intérieur du Kangaba qui avait été annoncé lors de la réalisation de la route Bamako-Kangaba», a sollicité le maire Sinayogo, avant de demander à la population de prendre soin à cet immense investissement.

Fluidité des échanges économiques

Après une diapo présentée par Adama Traoré de la Direction nationale des routes qui a permet aux assistants de comprendre aisément ce projet, le ministre de l’Equipement et du désenclavement, Traoré Seynabou Diop, a pris la parole en soulignant que via le Gouvernement son département mettra en œuvre les réalisations routières destinées à relier toutes les localités du Mali en toute saison et matérialisera ainsi la vision du président de la République de  »faire de l’enclavement du Mali, un atout ». Pour ministre Diop, il n’est pas secret pour personne que le cercle de Kangaba, berceau de l’Empire du Mali, regorge de beaucoup de potentialités culturelles, touristiques et agro-sylvo-pastorales. Malheureusement, regrette-t-elle, ces potentialités restent sous-exploitées par manque de routes carrossables en toute saison qui faciliteraient les échanges commerciaux source de l’économie d’un pays enclavé comme le nôtre. Face à ce fait, le ministre a reconnu qu’il était donc devoir et de responsabilité de son département de trouver une solution technique et durable afin de rendre le tronçon Kangaba-Dioulafoundo-Frontière Guinée praticable à tout moment. A l’en croire, ce tronçon qui est la route nationale n’26 et constitue l’un des tronçons les plus fréquentés pour rallier la République sœur de Guinée.

Pour le ministre de l’Equipement et du désenclavement, Traoré Seynabou Diop, cette route contribuera à l’évacuation des productions agricoles et minières vers les centres de consommation ; à la commercialisation avantageuse du bétail grâce aux conditions de transport à travers notamment la réduction du coût des transports, l’augmentation du trafic et l’amélioration de la sécurité. Le ministre Diop a indiqué que la réalisation de cette route permettra de créer d’environ un millier d’emplois directes et indirects ; planter de mille trois cent quinze arbres en alignement le long de la route; la création de plusieurs hectares de bosquets villageois et enfin la création d’une dizaine de points d’eau équipés de pompes à motricité humaines.«Pour la réussite de ces projets, mon département sait compter sur l’implication des autorités locales et des bénéficiaires à toutes les étapes », a déclaré le ministre, avant d’indiquer à la Direction nationale des routes, à l’entreprise et au bureau de contrôle de réaliser les travaux dans les règles de l’art et dans les délais contractuels et l’enveloppe financière disponible.

Le Directeur général de l’Entreprise générale Mamadou Konaté (EGK) a donné l’assurance que le projet sera exécuté exactement selon contenu du contrat, c’est-à-dire la dimension géographique qui a été définie, et respectera la norme internationale. Selon lui, le délai est imparti mais que dans les 15 jours on pourra très facilement aller voir des parents à partir de Kangaba. Face aux difficultés, le DG Mamadou Konaté a signalé que la route elle doit traverser les agglomérations et surtout les concessions privées qui vont leur créer des désagréments. «Mais j’espère que ces désagréments ne seront pas durées, parce que nous allons sensibiliser les populations afin qu’elles puissent nous faciliter les tâches », a-t-il annoncé.

Avant de donner le coup d’envoi aux travaux de construction et de bitumage de la route Kangaba-Dioulafoundo-Frontière Guinée, le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maiga a rappelé que ce projet des constructions a été approuvé en mois de février lors d’un conseil des ministres et qui vient d’être traduit à un acte concret. Il a estimé que cette route va atténuer les souffrances des populations du mandé. Il a professé que d’ici de 8 mois il y aura un suivi rigoureux pour imprégner l’état d’exécution des travaux. Avant de demander au ministre de faire examiner soigneusement l’étude de faisabilité de 5 kilomètres que le maire a sollicité dans son intervention.

Seydou Karamoko KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *