Journée mondiale du lait : La valorisation du lait local au Mali, enjeux et défis au cœur d’échanges

A l’instar de la communauté internationale, le Mali a célébré, le jeudi 1er juin 2017, au Palais de la Culture, la 12ème édition de la Journée mondiale du Lait.

Cette édition avait pour thème: « la valorisation du lait local au Mali, enjeux et défis ». C’était en présence du Ministre de l’Elevage et de la Pêche, Ly Taher Dravé ; du Commissaire à la sécurité alimentaire, Oumar Ibrahim Touré ; du Président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM), Bakary Togola ; du Président de l’Association des producteurs de lait au Mali, Sanoussi Bouya Sylla ; du Représentant de la FAO et de plusieurs autres personnalités.

En rappel, en 2001, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a consacré le 1er juin comme la journée mondiale du Lait. Notre pays, quant à lui, a commencé à célébrer cette journée en 2016. La journée a pour objectif de faire connaitre les acteurs de la filière lait, des producteurs dérivés afin de susciter la réflexion et les productivités sur le développement de la filière. Elle permet aussi d’évaluer la contribution de la filière lait à la sécurité nutritionnelle des populations, sa contribution à l’économie locale (création d’emploi, Mutes carrare la paumât) et au développement industriel.

Le président de l’Assemblée permanente des chambres de l’agriculture du Mali (APCAM), Bakary Togola, à l’entame de son allocution, a souligné que l’objectif de la journée est de sensibiliser les acteurs de la filière lait sur leur rôle et les décideurs politiques pour mieux investir dans cette filière afin d’assurer l’autosuffisance de notre pays en lait. Pour lui, l’importance de la célébration de cette journée n’a pas besoin d’être démontrée car à l’en croire, le lait est l’un des aliments naturels les plus complets d’autant plus qu’il est utile voire indispensable à l’alimentation humaine et animale. De son point de vue, le lait contient tous les éléments de base nécessaires à la croissance des enfants ; il est donc très important dans l’Alimentation des populations. A l’entendre, la filière du lait crée aussi des emplois et donne des revenus capitaux aux éleveurs, aux producteurs et aux transformateurs.

Il a insisté sur la politique d’investissement en créant des usines qui permettront de transformer le lait non seulement en poudre, en fraiche et autres. Selon Togola, la politique d’insémination a donné des résultats encourageants. « Aujourd’hui, a-t-il révélé, les vaches donnent des laits en qualité jusqu’à ce que nous ne pouvons pas tous consommer ». C’est pour cela qu’il a souhaité que les partenaires financiers s’investissent davantage pour instaurer des usines des transformations. Ainsi, selon ses dires, cela permettra à notre pays de créer des emplois et aussi de faire en sorte que cette filière soit un levier du développement.

Quant au président de l’Association des producteurs de lait au Mali, Sanoussi Bouya Sylla, il a mis aussi l’accent, dans son intervention, sur la transformation, la distribution dans les zones qui n’ont accès au lait, l’aménagement de certains sites pour faire du lait ‘’Fromage’’. Et de préconiser qu’il faut une politique qui fera en sorte que les producteurs ne soient pas obligés d’être transporteurs, transformateurs et distributeurs du lait. Donc, pour lui, il faut une unité laitière digne de son nom pour relever les défis.

Pour le Ministre de l’Elevage et de la Pêche,  Ly Taher Dravé, notre pays demeure l’un des plus grands pays d’élevage en Afrique de l’ouest. Et de reconnaitre que, la filière laitière est confrontée à des contraintes pour la mise en œuvre des unités de transformation du lait. Avant de donner l’assurance que son département ne ménagera aucun effort pour en avoir une réponse favorable.

S.K. KONE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*