CERM-Friedrich Ebert : Les Chemins du futur une brochure qui prédit le Mali 2030

Centre d’études et de réflexion au Mali (CERM) en partenariat avec la Fondation Friedrich-Ebert Stiftung vient de procéder à la présentation publique de sa brochure dénommée « Les Chemins du futur : Scenarii Mali 2030 ». Le samedi 07 octobre 2017 à l’hôtel Dafina de Niaréla c’était le tour de la présentation publique de la commune II. C’était en présence du Coordinateur du Projet scenarii Mali 2030, Pr. Iba N’Diaye membre du CERM ; le représentant par intérim de la fondation Friedrich Ebert Stiftung, Abdourhamane Dicko ; Mme Rahamata Diaouré, Dr. Mohamed Ag Erless tous des personnes ressources ainsi qu’une quarantaine de jeunes de ladite Commune. 

Cette brochure « Les Chemins du Futur : Scenarii Mali 2030 » d’une vingtaine de pages est composée de quatre Scenarios. Il s’agit d’un scenario sur la crise permanente, le deuxième scenario est sur le Mali en marche, le troisième scenario est sur le redressement modeste et enfin le quatrième scenario est sur le chaos. Disons que ce projet de Scenarii Mali 2030 est une contribution du Centre d’études et de réflexion au Mali (CERM) et de la fondation Friedrich Ebert Stiftung. Il se penche sur des problématiques comme les reformes institutionnelles, la démographie, la jeunesse, l’emploi, l’éducation, le développement socio-économique, les inégalités sociales, la sécurité nationale et sous régionale, le terrorisme, le fondamentalisme religieux, la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, l’intégration régionale, la justice et la gouvernance, entre autres.

Selon le coordinateur du projet Scenarii Mali 2030, Pr. Iba N’Diaye, à travers cette contribution, le CERM et la Friedrich Ebert veulent fournir un document de synthèse qui propose des réflexions et décisions politiques pertinentes, et qui peut servir de fondement à une étude prospective plus approfondie. A l’entendre, l’ambition véritable est de contribuer à assurer la qualité et la durabilité des politiques et approches prônées par les décideurs maliens et par la communauté internationale afin que la paix et la sécurité deviennent des composantes permanentes de la vie en société dans notre pays et dans la sous-région.

Pour le premier scenario, il nous instruit qu’en 2030 bien que l’intégrité territoriale du Mali sera préservée, des difficultés majeures persisteront tant sur les plans sécuritaire, politique, économique que social. Il précise que de nombreuses reformes ont été tentées mais elles n’ont pas rencontrées l’adhésion des citoyens en raison de la confiance fortement érodée en la capacité et l’éthique des élites.

Le deuxième scenario soit le Mali en marche, nous indique qu’en 2030, le Mali sera en marche. Le climat social sera apaisé, la sécurité restaurée, et grâce à la mise en œuvre effective de la politique de régionalisation, les collectivités territoriales réaliseront des actions remarquables de développement local. Il nous prédit qu’une succession de mouvements sociaux permettront l’avènement au pouvoir d’un nouveau leadership politique. Et que ce leadership a été élu démocratiquement et bénéficie d’une grande légitimité. « L’ensemble des forces vives de la nation malienne y est valablement représenté. La majorité des Maliens a aussi adhéré au projet politique qu’il a proposé en vue de trouver une solution à l’insatisfaction généralisée qui prévalait », nous dit le scenario 2.

Pour le troisième scenario soit le redressement modeste, il nous édifie qu’en 2030, le Mali émergera peu à peu d’une crise aigue. Selon ce scenario, il se trouve sur la voie du redressement, après avoir subi de nombreux traumatismes. Ce relèvement se traduit par un redéploiement difficile, mais progressif, de l’Etat sur tout le territoire national et un développement économique modeste permettant de préserver une situation sociale relativement stade.

Quant au quatrième scenario, il s’agit du Chaos, ce qui nous prédit qu’en 2030, le Mali sera un pays divisé en deux ou plusieurs entités, elles-mêmes fragilisées par des risques importants d’implosion sociopolitique. Il précise que cette partition de facto se caractérise par des conflits violents et des insurrections dans de larges portions du territoire. « Certaines des entités ne disposent pas des attributs ordinaires de l’Etat, et celles qui en disposent sont fortement secouées dans leurs fondements. Le Mali est ainsi scindé au plan territorial et sa population s’est dispersée, suite aux conflits intercommunautaires et aux crises politico-militaires à répétition », a-t-il prophétisé.

Seydou Karamoko KONE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*