Dramane Haidara, Directeur régional de l’OIT lors de la 7ème édition du SIEFOR : Le SIEFOR est une formidable initiative que le BIT soutient

Du 18 au 19 octobre 2017 s’est tenu au Mémorial Modibo Keita la 7ème édition du Salon international de l’emploi et de la formation professionnelle (SIEFOR), sous le thème: « Renforcement de l’employabilité par l’amélioration des compétences professionnelles et entrepreneuriales ». La cérémonie d’ouverture de cette édition était présidée par l’initiatrice et promotrice du SIEFOR, Mme Bello Rokia Touré ; du Directeur du Bureau régional de l’Organisation internationale du travail (OIT), Dramane Haidara et du ministre de l’Emploi de la formation professionnelle, Maouloud Ben Kattara. C’était également en présence d’une centaine de participants dont des jeunes.

L’initiatrice du Salon international de l’emploi et de la formation professionnelle (SIEFOR), Mme Bello Rokia Touré non moins Directrice générale de l’Institut de Management et de Technologie (IMATEC) a dit que cette 7ème édition du SIEFOR se veut un espace d’information sur les potentialités du pays en matière de formations et d’emplois tant au niveau du public que du secteur privé malien ; il sera aussi l’occasion  de dégager les axes spécifiques de partenariat à développer dans le cadre d’une politique de formation professionnelle qui prend en compte les réalités du marché de l’emploi  mais surtout les créneaux porteurs au Mali. Elle a dit croire à une synergie d’action entre privé et public qui est non seulement possible mais constitue aussi un vecteur puissant de mobilisation de toutes les ressources pour atteindre les objectifs visés par le Gouvernement en matière d’emploi et de formation professionnelle. « Cette synergie doit être développée au niveau sous-régional à travers une bonne intégration des politiques d’insertions socioprofessionnelles des jeunes dans l’économie accompagnée d’une grande diffusion des innovations de chaque pays à l’échelle de la sous-région », a-t-elle souligné. En organisant ce salon, a-t-elle déclaré, l’IMATEC aura sans doute apporté sa modeste contribution à l’adaptation des curricula aux besoins du marché et offrir ainsi de réelles opportunités aux Jeunes afin qu’ils puissent s’insérer harmonieusement dans la vie productive ; toute chose qui constitue une préoccupation fondamentale du chef de l’Etat, son Excellence, Monsieur Ibrahim Boubacar Keïta et de l’ensemble de son Gouvernement.

Le Directeur du Bureau régional de l’Organisation internationale du travail (OIT), Dramane Haidara, a affirmé que le SIEFOR est une formidable initiative que le BIT d’ailleurs soutient. Et d’ajouter que ce salon est en effet un lieu de rencontres des acteurs dont nous venons à l’instant de parler, mais aussi de ceux-ci avec les destinataires de leurs actions, entreprises et demandeurs d’emploi, notamment les jeunes qui sont ceux qui rencontrent plus de difficultés pour accéder à l’emploi. En outre, il permet, toujours selon Haidara, que ces rencontres aient lieu dans un cadre convivial, ce qui est particulièrement important pour les jeunes. Par ailleurs, il donne de la visibilité aux actions menées pour promouvoir l’emploi, ce qui est un message d’espoir pour les personnes éloignées de l’emploi, même s’il est bien évident que cela ne suffira pas à résoudre la totalité des problèmes rencontrées dans ce domaine.

Selon le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Maouloud Ben Kattara, les objectifs du SIEFOR cadrent bien avec la vision du président de la République Ibrahim Boubacar Keita, qui ambitionne de créer au moins 200.000 emplois au cours de son mandat. « C’est vous dire que nous travaillons sans relâche sur l’ensemble des axes pour le renforcement de l’employabilité des jeunes, le développement de l’esprit d’entrepreneuriat chez les jeunes, le développement de l’emploi agricole et rural, l’approche HIMO, la dotation des jeunes et des femmes en kits, et la facilitation de l’accès des jeunes et des femmes au crédit aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural », a-t-il dit. Et de révéler qu’un Fonds National pour l’Emploi des Jeunes (FNEJ) a été créé, pour faciliter aussi l’atteinte de ces objectifs. A ses dires, toutes ces actions de soutien à l’emploi des femmes et des jeunes, sont financées quasi-exclusivement sur le budget de l’Etat.

Seydou Karamoko KONE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*