Partenariat INPS/SAER-Emploi : Une aubine pour assurer les non-salariés en assurance volontaire

Dans le cadre de la journée de solidarité, la SAER-Emploi (Société africaine d’études et de réalisation) vient de signer un partenariat avec l’Institut national de prévoyance sociale (INPS) pour faire la promotion de l’assurance volontaire. La cérémonie officielle de signature de ce partenariat s’est déroulée le jeudi 26 octobre 2017 à l’hôtel Maeva, en présence du ministre de la Solidarité et de l’action humanitaire, Hamadoun Konaté ; du président INP-AV+, Marapha Traoré ; du Président directeur général de la SAER-Emploi, Diadié dit Amadou Sankaré. 

Disons que ce partenariat s’inscrit dans le cadre du projet management de l’assurance volontaire de l’Institut national de prévoyance sociale INP-AV+ est née de la ferme volonté de l’INPS et de SAER-emploi de conjuguer leurs efforts pour augmenter le nombre d’adhérents au régime de l’Assurance volontaire dans le cadre d’un partenariat qui s’est matérialisé par une Convention de délégation de gestion signée le 10 avril 2017. En effet, cette approche qui contribue assurément à  la mise en œuvre de la politique nationale d’inclusion sociale prévue par la loi n’99-047 du 28 décembre 1999 instituant l’Assurance volontaire permettra de couvrir le maximum de travailleurs dans les secteurs tertiaires et informels, les professions libérales et les couches défavorisées.

Selon le Président directeur général de la Société africaine d’études et de réalisation (SAER-Emploi), Diadié dit Amadou Sankaré, la signature de ce partenariat est la conviction de l’Institut national de prévoyance sociale (INPS) à travers sa Direction générale, de s’atteler à la recherche de voies et moyens et des stratégies appropriées pour faire bénéficier la population travailleuse non salariée d’une protection sociale digne de ce nom. Elle est aussi, a-t-il ajouté, l’engagement de la part de SAER-Emploi qui fort de son dispositif managérial d’appui aux établissements publics, para-publics et privés à travers sa Direction générale à proposer, dans le cadre de sa vision, un partenariat à l’INPS pour le management de l’assurance volontaire dans notre pays. De son point de vue, ce projet étant le fruit d’une démarche concertée, ambitionne d’apporter dans la pratique des solutions permettant de faire bénéficier le maximum de travailleurs non-salariés des prestations sociales prévues par le régime de l’Assurance volontaire. « La protection sociale étant un droit pour le citoyen, l’inclusion sociale apparait incontestablement comme le moyen le plus efficace pour lutter contre la pauvreté en facilitant l’accès à un grand nombre de personnes marginalisées aux services sociaux et surtout à la sécurité sociale », a-t-il soutenu.

Le ministre de la Solidarité et de l’action humanitaire, Hamadoun Konaté, dans son intervention, a fait savoir qu’en vue de réaliser le maximum d’adhésion au régime de l’assurance volontaire, le Gouvernement du Mali a encouragé l’INPS à concevoir un partenariat public-privé pour lui donner un souffle nouveau. A l’en croire, cela traduit la signature de cette convention et dans le mois de la solidarité. A ses dires, la protection sociale fragilisée peut être un facteur de basculement des menages des travailleurs dans la précarité. Pour lui, l’extension des régimes de retraite aux populations non couvertes aiderait l’Etat malien à lutter davantage contre la paupérisation des populations actives. Et de reconnaitre que les résultats de la croissance et de la réduction de la pauvreté, sans un dispositif efficace de protection sociale et de gestion des risques, deviennent fragiles et les acquis réversibles. « Nous devons dans ce sens rehausser notre capacité de gestion afin de renforcer les systèmes actuels de protection sociale », a-t-il assené.

Pour le président INP-AV+, Marapha Traoré, il a rassuré que ce projet sera sans doute un porte-bonheur pour les non-salariés.

Retenons que depuis la création de ce régime de l’assurance volontaire, elle a connu de sérieux handicaps car elle n’a enregistré que 3500 adhérents seulement sur un potentiel estimé à plus de 6 millions d’actifs.

En sus, ces nouveaux produits d’assurance proposent les mêmes prestations que le régime général (réservé aux travailleurs salariés), à savoir : maladie (AMO) ; Vieillesse, invalidité, décès-survivants ; prestations familiales. Et les assurés volontaires n’ont pas droit à la prime de premier établissement ni aux indemnités journalières de maternité.

Seydou Karamoko KONE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*