Campagne du WAEIF-Mali : Pour la promotion de l’entreprenariat en milieu universitaire

Le 14 décembre dernier, la salle préfabriquée de la Faculté des Sciences Economies et des Gestions (FSEG) a servi de cadre pour le lancement de la campagne de sensibilisation et d’incitation  pour la promotion de l’entreprenariat dans l’enseignement supérieur au Mali. Ladite cérémonie était placée sous la  conduite du ministre de la Promotion de l’Investissement et du secteur privé, Dr Konimba Sidibé accompagné par le Coordinateur de WAEIF-Mali, Mahamadou YAFFA  et le représentant  du  Doyen de la FSEG, Pr. Camara ainsi que la présence de plusieurs jeunes entrepreneurs.

Il est à savoir que l’objectif principal du WAEIF  est  de  booster les jeunes  vers  la mise en œuvre des projets personnels notamment dans le domaine de l’agro business parce que notre pays est une terre qui régorge de plusieurs potentialités.

Pour sa part, le Coordinateur du West African Entrepreneurship and Innovation Fondation(WAEIF-Mali), Mahamadou YAFFA, étale qu’il est ravi de voir la réussite de la cérémonie de lancement  de cette campagne de sensibilisation et d’incitation qui vise à diriger les jeunes à l’endroit de l’entreprenariat dans  tous  les secteurs primaire, secondaire et tertiaire.

A l’en croire, que  suite à cette campagne, ladite structure prendra certains jeunes qui sont prêts à s’engager dans  le domaine entrepreneuriale pour les former sur les différents éléments clés  de  l’entreprenariaship. Alors, il est à savoir que ce projet typiquement juvénile est en partenariat avec certaines structures nationales et internationales comme Procej, APEJ, etc.

Prenant la parole,  le  Ministre Konimba Sidibé dira que l’entreprenariat n’est pas sorcier, il faut  avoir  une  initiative bien murée pour  la  mettre en œuvre tout simplement.

En effet,  il pense que les jeunes doivent savoir que l’Etat ne peut pas embaucher tous les diplômés malgré qu’il embauche près de deux milles (2000)  jeunes dans la fonction publique par an. Cependant, chaque nouvelle année, il y a aussi trente-cinq milles (35000) demandeurs d’emplois. Selon lui,  le  chômage des jeunes Maliens n’est d’autres qu’ils n’attendent que la fonction publique. Donc, il  est nécessaire que  les  jeunes  envisagent  les deux chemins de parcours c’est-à-dire la fonction publique et la mise en œuvre d’un projet personnel ou de travailler dans un secteur privé.

A ses  dires,  dans  l’entreprenariat, il est possible de commencer par la dureté et terminer par tous le  bonheur envisageable. A ct effet, il a donnée des exemples  sur certains opérateurs économique du Mali qui ont soufflé avant de réussir  notamment Bany Kanté, Alcatros, et l’actuel patron du patronat, Mamadou Sinsy Coulibaly ainsi que Ben et Co Holding  alors qu’il ne faut jamais sous-estimer tout ce que l’on entreprendra pour réussir dans la vie, qu’il faut être confiant à soi-même. Enfin, il a rappelé encore que l’Etat ne peut pas donner du boulot  à  tous les citoyens mais qu’il a déjà mis deux  projets particulièrement Procej et APEJ en collaboration  avec  certaines  banques pour financer  les projets personnelq des jeunes ambitieux.

Par ailleurs, il est à rappeler qu’une projection a été faite sur la genèse et les objectifs de WAEIF-Mali. Notons que, ce programme West African Entrepreneurship and Innovation Fondation a été initié par deux jeunes Burkinabè qui ont participé au sommet mondial des jeunes leaderships en collaboration avec le jeune Malien, Mahamadou Yaffa depuis juin 2014 avec celle des  Ambassades des Etats-Unis et  Maroc au Mali  comme les partenaires.

Abdoul Karim Hadji SANGARE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*