La rentrée des cours et tribunaux pour l’année 2017-2018 : IBK dévoile ses ambitions pour la justice malienne

Sous l’égide du Chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta, a eu lieu  à  la  Cour  Suprême  de Bamako, le mardi 5 décembre dernier,  la rentrée  des  cours  et  tribunaux au compte de l’année 2017-2018. Placée sous le thème « l’Indépendance du juge, c’est protéger la liberté des citoyens ». C’était en présence du Président de la Cour Suprême, Nouhoum Tapily, et celui de Wafi Oua Gadeye, Procureur Général de la Cours Suprême ; du Premier ministre, Abdoulaye Idrissa  Maïga  et  certains membres du gouvernement ainsi que des magistrats.

Il est à savoir qu’au programme, plusieurs activités étaient aux cœurs dudit  lancement officiel  des cours  et  tribunaux  au  compte  de  l’année  2017-2018  notamment  l’insécurité,  les atteintes  à  la  pudeur,  les  enlèvements  des  juges.

A l’ouverture, le Chef du Conseil Supérieur de la Magistrature, Ibrahim Boubacar Keita a dévoilé ses ambitions pour  l’amélioration  des  conditions  des  acteurs de ce domaine. « Mon rêve pour le Mali, est un Etat de droit véritable et non corrompu », a insisté le Chef de l’Etat. Selon lui, une justice doit servir toujours d’exemple d’efficacité et cela demande aussi des exigences morale, démocratique et humaine alors que la justice c’est avant  tout la perspicacité des juges.

Concernant la sécurité, le Chef de l’Etat étale  que malgré les efforts fournis par le gouvernement à travers  le renforcement des dispositions sécuritaires en moyens humains et matériels ainsi que des capacités opérationnelles des forces de Sécurité et des armées, ils sont jusqu’à présent à  la recherche des moyens  aux  vols  qualifiés,  aux  abus  de  confiance  et  des crimes  de  sang  dans les habitations  pour  que la population malienne puisse vivre tranquillement.

Par ailleurs, son excellence Ibrahim Boubacar  atteste qu’il va réitérer  la  confiance  de  la  nation sur la justice à travers  la relance du recrutement de nouveaux magistrats,  l’opérationnalisation des Cours Administratives d’appel et renforcer l’indépendance du Conseil Supérieur de la Magistrature. Avant d’ajouter que malgré les difficultés auxquelles ce secteur est confronté, il demande aux juges d’augmenter leurs  efforts  afin que les droits et libertés des citoyens soient préservés. Certes qu’ils (gouvernement) mettront toutes les dispositions en œuvre durant cette nouvelle année de  la  justice  malienne pour  améliorer  leurs  conditions.

Au terme de son intervention, le président  de  la république, Ibrahim Boubacar Keïta  a  salué  la justice malienne pour son progrès effectué au cours de l’année dernière. Ainsi, il a signalé en avance qu’il  prendra  en  compte  les  recommandations  du  colloque qui sera organisé bientôt  par  la  famille  judiciaire  sur  le  foncier  au  Mali  parce que  c’est  un mal  qui  gangrène  notre  société.

Abdoul Karim Hadji SANGARE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*