MPV-MALI : Un nouveau tube de défense pour la presse malienne

MPV-MALI : Un  nouveau  tube  de  défense  pour  la  presse  malienne

Le 4 décembre dernier, la Maison de la presse de Bamako a abrité le lancement du Mouvement de Protection de la Presse contre les Violences (MPV-MALI). L’objectif de ce nouveau groupe d’hommes de la presse  a  pour  but  de défendre  sans  arrière-pensée les journalistes lorsqu’ils se trouvent dans une situation difficile dans l’exercice de leur métier. Cette conférence de lancement s’est déroulé en présence de plusieurs acteurs de ce secteur notamment Boubacar Yalcoué, Directeur de publication du journal le Pays, initiateur dudit mouvement, le représentant de la famille fondatrice de Bamako, les doyens de la presse malienne et d’autres invités.

Dans sa déclaration, l’initiateur du MPV-Mali, Boubacar Yalcoué, désenveloppe que les journalistes sont exposés aux énormes violences à cause de leurs faiblesses qui est due particulièrement au manque d’union au sein de la presse malienne tandis que la force de la presse  réside dans l’union. Selon lui, plusieurs journalistes ont été victime d’agressions, d’intimidations, d’interpellations notamment Saouti Labass Haïdara, Directeur de Publication du quotidien Indépendant ; Ammy Baba Cissé, Directeur de Publication de Le Figaro du Mali ; Alexis Kalambri, Directeur de publication de Les Echos ; Birama Fall, Directeur de Publication de Le Prétoire ; Adama Dramé, Directeur de Publication de Le Sphinx ; Dramane Aliou Koné, Directeur de Publication de L’indicateur du Renouveau et Directeur de la Radio Renouveau FM ; Bandiougou Tounkara Diougous, Directeur de la radio Maliba FM ; Salif Diarra, Maliactu.com (presse en ligne) ; Sambi Touré Directeur de publication de Info-Matin ; ainsi que  lui-même.

A cet effet, il insiste que la première mission de ce mouvement sera de rechercher leur confrère  Birama Touré du journal d’investigation Le Sphinx, disparu depuis le 29 janvier 2016 dont l’enquête a été ouverte par  les  autorités du Mali mais qui n’arrive pas à être  close  pour  donner  un  résultat  clair  sur ladite  situation. Alors que ledit mouvement mettra  en œuvre plusieurs activités pour éclairer cette enquête qui est en cours depuis bientôt une année mais aussi de chercher des moyens efficaces pour  mettre fin  aux  violences  faites  aux  hommes  des  médias  dans  ce  pays.

Pour Lacine Diawara du journal Option, vice-président du Mouvement, cette association n’est contre personne, ni contre une institution mais elle est contre le mensonge et la corruption.

Notons que  les  éléments  clés  de  ce mouvement digne des journalistes sont surtout  Boubacar Yalcouyé, Président ; Lacine Diawara du journal Option, Vice-président ; Ammy Baba Cissé du journal Le Figaro, Secrétaire administratif ; Cheick Hamalla Sylla de L’Aube, Secrétaire au compte ; Boubacar Païtao du journal Aujourd’hui, Secrétaire à l’organisation du Mouvement ;  Adama Dramé du Sphinx, Secrétaire au conflit et Youssouf Mohamed Bathily, de la Radio Renouveau FM, Secrétaire chargé à l’information .

Abdoul Karim Hadji SANGARE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *