Actualités Economie UNE

Economie : le retour en force du coton malien

Le Mali est de nouveau le premier producteur de coton en Afrique. Avec 1 million 330 balles de fibre blanche, soit 90 000 balles de plus que l’an dernier, il surpasse le Burkina Faso, selon les estimations du département américain de l’agriculture, l’USDA.

Les champs de coton ont été étendus au Mali, ce qui lui a permis de doubler l’ancien champion du coton, le Burkina Faso.

En plus d’accorder 15% du budget d’Etat au secteur de l’agriculture, le gouvernement accompagne les paysans dans la sensibilisation et la mobilisation des ressources. Les subventions aux intrants, aux semences et la mécanisation ont été augmentées et le prix des engrais a baissé. Ce qui donne un élan à la productivité. La compagnie malienne de développement textile (CMDT), accompagne les producteurs maliens du début jusqu’à la fin. Cette compagnie a opté pour un management gagnant incluant tout le monde, et qui se veut plus proche de la base. Cela a non seulement l’avantage d’offrir aux artisans maliens une opportunité de montrer leur savoir-faire, mais aussi de créer des emplois augmentant la valeur ajoutée du coton.

 A ce jour, « le Mali a déjà récolté 721 000 tonnes (t) de coton », a souligné en fin de semaine dernière le Secrétaire général de la Chambre d’agriculture, Bréhima Cissé. Et le pays est sur la bonne voie pour atteindre le record de 725 000 tonnes. Pourtant, le mois dernier, les prévisions avaient été révisées à la baisse, à 706 000 tonnes pour l’actuelle campagne 2017/2018, a-t-il précisé, car ils craignaient les conséquences d’une fin prématurée des pluies.

La campagne dernière, le Mali, deuxième producteur de coton d’Afrique de l’Ouest derrière le Burkina Faso, avait récolté 647 000 tonnes. Selon les industriels, ces bons résultats cette année seraient dus aux cours internationaux élevés et à la politique de subvention des intrants.  La production agricole malienne progresserait d’un peu plus de 7% à 1,33 million de balles contre 1,24 million en 2016/17 avec une hausse des superficies de 11% à 730 000 hectares et des rendements à 403 kilos par hectare.

A ce jour, le Mali ne transforme que 2% de son coton. Le gouvernement du Mali attend donc que l’usine de Kadiolo soit rapidement opérationnelle pour s’ajouter aux autres et augmenter ainsi la capacité d’égrenage.

Hamsetou Toure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *