Hommage à Bara Sambarou, le virtuose du ‘’hoddu’’

C’est à Mopti, où avait débuté sa carrière au milieu des années 70 que le «grand griot », estimé de ses pairs s’est éteint ce dimanche à l’âge de 73 ans .Il a été inhumé ce lundi dans son village, Konsa, situé à une centaine de kilomètres de Mopti. 

 A l’annonce de son décès, ses airs de gloire ont fait  le tour de la toile. Ibrahima Husseini Sarré, de son vrai nom, était le gardien d’une tradition millénaire qu’il a su ingénieusement sauvegarder.

 Ce griot de souche, disciple de l’inénarrable Emméné Patal qui l’a transmis les secrets du « hoddu », une luthe traditionnelle peule à quatre cordes qui donne des sonorités entre basse et tambour,le jouera comme personne ne l’avait fait avant lui.

Dans son riche répertoire, Gambari, sa chanson fétiche, est plébiscitée au-delà de la communauté peule à laquelle il est resté attacher toute sa vie.

Gambari, par ailleurs  éponyme d’une étoffe blanche que les riches commerçants dianwambé ramenaient de leurs voyages, notamment du Nigeria vers les années 80, a séduit Jean Ducassé du label Totolo, qui, de passage au Mali en 2008 a succombé sous le charme de cette mélodie endiablée.

Le manager emportera une copie de la cassette avec lui en guise de friandise, et reviendra quelques mois après, cette fois, à plus 800 kilomètres de Bamako, dépoussiérer la bande originale de Gambari, jalousement gardée par Kola Hampoulo, le producteur autodidacte de cette mirobolante œuvre.

De cette rencontre éclot un reportage des CD et DVD de l’artiste qui seront proposés au reste du monde. Car comme  le dit Adam Thiam dans un hommage qu’il a  adressé au « mythique » griot : « Sa guitare était  un peuple et son message  un monde.»

Kalifa Kola Koita, directeur de la radio Tabital Pulaku, du nom de l’association des amis de la culture peule, salue la mémoire d’un maître qui a su fédérer au tour de sa guitare. « C’est une perte énorme pour la culture peule, une géante plaie pour le Mali qui  a autant besoin de voir sa culture renaitre », conclut, celui qui a côtoyé l’artiste il y’a plusieurs décennies.

Aly Bocoum

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*