Huicoma – Gouvernement : à quand le dénouement ?

Les compressés de l’Huilerie cotonnière du Mali (HUICOMA) attendent toujours d’être mis dans leurs droits. Plus de dix ans après la privatisation de l’usine, le décaissement du plan social promis par l’Etat malien continue de diviser.

Début janvier, une tentative des femmes de l’Huicoma de « marcher nues » sur le palais de Koulouba avait été bloquée par la police. Elle faisait suite à l’ultimatum lancé par ces dernières en vue de leur  dédommagement, maintes fois promis mais jamais tenu par le gouvernement, selon le syndicat des travailleurs.

De son côté le gouvernement, par la voix de la ministre du Travail, chargée des relations avec les institutions, Diarra Racky Talla, avait annoncé à la veille de l’expiration de l’ultimatum du Collectif des femmes des travailleurs de l’Huicoma, le décaissement de plus de deux milliards par l’Etat.

« Faux et archi faux », rétorque la présidente du Collectif des femmes de l’Huicoma, Madama Touré, qui juge « scandaleuse » la sortie de la ministre. Pour cette syndicaliste, le communiqué viole les engagements entre les deux parties et  n’engage que son auteur.

Le décaissement annoncé est le fruit d’un protocole d’accord,  signé le 30 mai 2010 entre le gouvernement, l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM), le Conseil national du patronat du Mali (CNPM) et la direction de l’Huicoma-Sa, en vue d’apaiser le climat social au sein de l’Huicoma.

 Ledit protocole engagerait  le gouvernement à payer, au nom de la solidarité nationale, et pour solde de tout compte, un montant de 2 100 000 000 FCFA pour les arriérés de salaire de 194 travailleurs de l’Huicoma-Sa, en sit-in à la Bourse du travail, pour la période allant du 1er janvier au 31 mai 2010.

La somme couvrait aussi les indemnités de réinsertion pour les travailleurs licenciés pour motif économique, contraints à la retraite, les saisonniers permanents, les travailleurs n’ayant pas bénéficié de la prolongation de l’âge de départ à la retraite et les partants volontaires, selon des sources  proches du ministère du Travail.

L’UNTM et les ex-travailleurs de l’Huicoma estiment à 8 milliards le montant. S’agissant des deux milliards cent millions qu’aurait débloqué le gouvernement ,  l’UNTM affirme n’avoir pas eu à gérer ce montant, et  estime l’obligation de l’Etat à  8 464 505 052 FCFA.

Par ailleurs, à la faveur d’une conférence de presse, l’Union nationale des travailleurs a déploré la léthargie du dossier et le double jeu du gouvernement, toutes choses de nature à déplacer le problème sans jamais le régler.

La ministre du  Travail a affirmé  avoir décelé des irrégularités dans le paiement de certaines indemnités, et ouvert une enquête pour faire la lumière sur l’affaire et traduire les coupables devant la justice.

Dans les rangs du collectif des femmes des travailleurs de l’Huicoma, la crise de confiance se renouvelle après la cristallisation de cette négociation de dernière chance, qui a engagé trois départements ministériels. Désormais, elles traitent ces différents ministres de ‘’menteurs’’ et misent sur les bons offices des familles fondatrices de Bamako pour un dénouement heureux.

A.B

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*