Mali : polémique loi sur « l’entente nationale »

Dans son message du nouvel an, IBK a annoncé une loi sur l’entente nationale. La finalité de cette disposition est de gracier certains acteurs impliqués dans la crise, mais n’ayant « pas de sang sur les mains », selon le président.

Le président de la République du Mali, Irahim Boubacar Keita, veut mettre en place une loi sur l’entente nationale. C’est une exigence issue des conclusions de la conférence d’entente nationale en vue d’accélérer le processus de  paix et de réconciliation en cours depuis bientôt trois ans. Au lendemain de l’annonce du projet, certains ténors de l’opposition politique sont montés au créneau pour dénoncer la portée politicienne du projet de loi, qui survient à quelques mois  d’échéances électorales cruciales pour le pays. L’opposition et la société civile s’accordent pour mettre en cause le timing et y voient une manipulation politique.

Quant aux allégations d’impunité, IBK garantit que « le projet de loi ne constitue ni une prime à l’impunité, ni un aveu de faiblesse. Encore moins un déni du droit des victimes à se voir rendre justice. Il s’appuie sur les vertus du pardon, tel que celui-ci est pratiqué dans nos diverses communautés. »Pour d’autres membres de la société civile, la loi annoncée n’aura de légitimité que lorsqu’elle fédérera les différents acteurs sociaux.

Pour mémoire, la conférence d’entente nationale qui a abouti à l’adoption de la charte pour la paix et la réconciliation s’est déroulée dans un contexte particulièrement tendu, avec en toile de fond, le retrait des ex-rebelles de la Coordination des mouvements armés de l’azawad des concertations. Ces derniers viennent récemment de déplorer, l’écart dont ils ont été l’objet dans  la formation du nouveau gouvernement. IBK a beau écarté les risques d’impunité, ces détracteurs, eux, jugent le moment inapproprié pour une loi du genre dont l’application sera difficile, même si elle passait au forceps.

                                                                                                                  Aly Bocoum

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*