Me Mountaga Tall, défenseur de la presse

Me Mountaga Tall, défenseur de la presse

Le président du congrès national d’initiative démocratique (CNID-faso yiriwaton), Me Mountaga Tall a plaidé pour l’amélioration de la situation des hommes de media au Mali. C’était  à l’occasion de la présentation  de  ses vœux du nouvel an à la presse.

Le vétéran du mouvement démocratique de mars 91 sait mieux que quiconque comment la liberté d’expression a été acquise. Le rôle de la presse dans la construction d’un Etat, l’avocat semble en mesurer toute la portée.

 « Depuis 2015, les atteintes à la liberté de la presse sont moins sévères, mais le nord du pays reste un endroit dangereux donc peu accessible pour les médias ».L’ancien ministre en rapportant ce constat de Reporter sans frontières sur le Mali en 2015, veut attirer l’attention sur  la fragilité du « contre- pouvoir » au Mali.

Même si au classement général du dit rapport Me Tall constate une légère avancée de la liberté de la presse dans son pays, il ne manque de tirer la sonnette d’arme sur le cas Birama Touré, le reporter du journal Sphinx dont ses parents n’ont plus de nouvelles depuis d’une année.

Le cas Birama, est une véritable tache noire selon Mountaga  Tall, qui fait allusion aux nouvelles « plus qu’alarmantes »sur le sort du jeune journaliste, toujours introuvable malgré le concours de bonnes volontés pour cette cause.

L’ancien ministre de la communication invite l’Etat et toutes les personnes bonne foi pour faire la lumière sur l’affaire Birama.Le président du CNID a lancé un appel à l’Etat malien afin que le projet de loi portant régime et délit de presse soit diligenter en vue d’améliorer les conditions des hommes de media.

                                                                                                                                       A .B

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *