Fin de mission du FMI au Mali : de belles promesses en vue

 Du 12 au 16 mars 2018, une mission du Fonds monétaire international (FMI) a séjourné à Bamako. Dirigée par Mme Boriana Yontcheva, elle s’inscrivait dans le cadre de la 8e revue du programme économique et financier du Mali.

Au terme de cette mission, la cheffe de la mission, Mme Boriana Yontcheva, et le ministre de l’Économie et des Finances, Dr. Boubou Cissé, ont animé une conférence de presse le vendredi 16 mars 2018. Les services du FMI et les autorités maliennes sont parvenus à un accord préliminaire sur la conclusion de la 8e revue du programme économique et financier du Mali soutenu par la FEC du FMI mais également sur les consultations de 2018 au titre de l’article 4, indiquent les deux parties. Aussi, pour les émissaires du FMI, la loi de finances 2018, adoptée par l’Assemblée nationale fin décembre 2017, offre une bonne base pour la politique budgétaire. Elle vise à renforcer la gouvernance économique.

Cependant, pour réaliser une croissance économique durable et continuer de bénéficier de l’aide des bailleurs, il est essentiel de persévérer dans la mise en œuvre des réformes structurelles, notamment celles touchant à l’amélioration de la gouvernance telle que la déclaration obligatoire du patrimoine.

La mission revêt deux particularités, selon le ministre de l’Économie et des Finances. Les consultations 2018 au titre de l’article IV, lequel autorise le FMI à exercer une sorte de surveillance sur les États membres. « C’est un exercice qui s’applique de la même manière au Mali qu’à la France, aux États-Unis dans la même forme sans distinction », explique Dr Boubou Cissé.

Concernant la deuxième particularité de cette revue, le ministre constate qu’elle avait pris plus de temps que prévu. En principe, elle devait être conclue en novembre 2017.Toutefois, elle n’a pu se faire á cause du retard dans la mise en œuvre de réformes majeure dans la gouvernance, notamment la mise en œuvre de la loi portant prévention et répression de l’enrichissement illicite.

Par ailleurs, reconnaît Boubou Cissé, la mise en œuvre de la loi a connu des difficultés. Qu’à cela ne tienne, une relecture est en cours à la demande des syndicats et du gouvernement, ce qui a permis de lister 1479 assujettis qui doivent faire la déclaration de leurs bien et de leurs revenus.

Au terme de cette mission, Mme Boriana Yontcheva a remercié les autorités maliennes pour leur hospitalité. La conclusion de la mission sera soumise à l’approbation du Conseil d’administration du FMI. Ainsi, il est prévu que ce dernier examine le rapport des services du FMI relatifs aux consultations de 2018 au titre de l’article 4 et la 8e revue en avril prochain. L’achèvement de la revue permettra de mettre à la disposition du Mali 31, 65 millions de DTS, soit environ 46 millions de dollars. Plusieurs institutions maliennes ont reçu la délégation du FMI au cours de cette mission.

 Seydou Karamoko KONE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*