Actualités UNE

CJA : la démission du colonel Abass Ag Mohamed Ahmed provoque une tempête

Après le refus du Congrès pour la Justice dans l’Azawad (CJA) d’adhérer au Mouvement national de la libération de l’Azawad (MNLA), le colonel Abass Ag Mohamed Ahmed, chef d’état-major du CJA, démissionne, provoquant une tempête au sein de son mouvement.  

Une décision prise par le chef d’état-major du CJA après la visite de Bilal Ag Acherif, président du MNLA, dans la région de Tombouctou, le 17 mars dernier. Au cours de cette visite, selon nos informations, l’énigmatique Bilal Ag Acherif aurait demandé la fusion des deux mouvements, mais a rencontré une hésitation du bureau exécutif du CJA. « Le colonel Abbas n’a pas été indifférent à cet appel du pied du patron du MNLA. », confie un membre du CJA.

La semaine dernière, le bruit sur la démission du Colonel Abass Ag Mohamed Ahmed, frère du chef de la tribu Kel Ançar de laquelle le CJA est proche, s’est répandu comme une trainée de poudre. Certains sont allés jusqu’à parler d’une dissolution et une adhésion au MNLA du CJA suite à un communiqué, le 31 mars, d’Abass allant dans ce sens. Pour les hauts cadres du CJA, la démission du colonel Abass serait due à la pression qu’il aurait subie de la part de Bilal Ag Acherif.

Faux, rétorque Ilad Ag Mohamed, porte-parole de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), qui ajoute que « le Colonel Abass a rejoint le MNLA en toute liberté sans aucune influence. Il a pris l’engagement après avoir mûrement réfléchi. » Aussi, pour lui, le communiqué du chef d’état-major indique une dissolution du CJA.

Bien que ce départ du chef d’état-major soit un coup dur pour le CJA, ses dirigeants assurent qu’ils poursuivront leurs missions. Aussi, ajoutent-ils que « le CJA ne sera dissout tant que les règles qui l’ont mis en place seront respectées. » « Abbas est une personnalité importante du CJA, mais il n’est pas le cerveau central du mouvement », confie Ehamèye Ansari, porte-parole du bureau politique du CJA. Ce dernier explique que cette démission n’engendrera aucune une conséquence sur leurs missions, mais plutôt amoindrira les entraves liées à l’éclosion de leurs activités.

Par ailleurs, il souligné que la nomination du successeur du Colonel Abass s’effectuera suite à un congrès, car la lettre de sa démission n’a pas encore été transmise à l’organe exécutif du mouvement. « Il est actuellement à Gao pour une mission de sécurisation d’une rencontre intercommunautaire », conclut M. Ansari.

Abdoul Karim Hadji SANGARE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *