Route de Kabala : les mesures sont-elles à la hauteur du danger ?

En un an et trois mois d’opérationnalisation de la cité universitaire de Kabala, une dizaine d’étudiants et professeurs ont perdu la vie dans des accidents, impliquant principalement des camions à benne sur la route menant à l’université. Aperçu sur les mesures prises pour y faire face.

« Mouroir », « hécatombe » ou « accidentogène » sont quelques vocables qui reviennent pour parler de la route de Kalabancoro-Kabala, théâtres d’accidents meurtriers- le dernier drame remonte à une semaine. Deux étudiants de la faculté des sciences humaines et science de l’éducation y ont perdu la vie au contact d’un porte char (selon une source du syndicat des conducteurs de benne de Kalabancoro), alors qu’ils revenaient d’un examen.

La persistance du danger sur cette route a conduit les autorités universitaires, celles de Kalabancoro, le syndicat des transporteurs et celui des étudiants à adopter une série de mesures pour assurer la sécurité des usagers de l’université.

Les premières mesures concernent  la création d’un comité de suivi pour la sécurisation de la route de Kabala à travers la Décision N° 2017 -30 15 40 / MESRS du 29 août 2017 portant création organisation et modalité de fonctionnement du comité de suivi de la sécurisation de la route de Kabala, suivie de celle fixant la liste nominative des membres du comité conformément  à la Décision N° 2017 -30 -15 39/MESRS SG du 29 août 2017.

Au niveau de la mairie de Kalabancoro, deux mesures ont été initiées à la suite d’échanges avec la commission interministérielle mise en place pour faire face à la situation. Dans un premier temps, la mairie a soumis les camions benne à un régime de circulation : de 6h30  à 20h30. Suite à un bras de fer entre la mairie et le syndicat des transporteurs, la mairie cède, et interdit les camions à benne à la circulation 6h à 9h  et de 15h à 17h30.

En plus de ces dispositions, selon le Haut fonctionnaire de Défense du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le colonel Nouhou N’Diaye, les autorités universitaires ont sollicité et obtenu auprès du Gouvernement l’élargissement de la route, avec une piste cyclable afin de mieux sécuriser l’accès à la cité universitaire. Une sensibilisation sur le code de la route a été organisée par l’ANASER au profit des étudiants, ainsi que la remise de 1000 casques pour limiter les dangers liés aux accidents. Pour le respect des mesures d’interdiction, le  colonel N’diaye rappelle que la mairie et le commissariat de Kalabancoro sont mis à disposition pour veiller au respect des décisions en vigueur, à travers notamment l’amende de contravention fixée à 25 000 par la mairie pour dissuader les transporteurs de circuler aux heures réservées aux usagers de l’Université. Aussi, insiste le colonel, dans le souci de sécuriser les étudiants, le personnel enseignant et l’administration, il est prévu la réalisation d’une voie d’accès, reliant directement l’Université à partir de Senou. Le financement n’est  pas encore acquis. Malgré cette panoplie de mesures diversement appréciées, principalement par les transporteurs de sable et graviers qui dénoncent un impact négatif sur leurs revenus, les étudiants protestent contre la fréquence des accidents, liés ou non aux camions benne, les autorités invitent tous les acteurs concernés par la problématique à la prudence et au civisme en attendant la finalisation des travaux d’aménagements sur l’axe Kalabancoro-Kabala, qui devraient durablement mettre fin à ce que d’autres qualifient de « tragédie de Kabala».

AB

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*