Actualités International UNE

Cote d’Ivoire : une large amnistie en vue d’une paix durable

Pour favoriser la réconciliation en Côte d’Ivoire, le président Alassane Dramane Ouattara (ADO)  a annoncé  lundi soir, une large amnistie à l’occasion de son discours de célébration de la fête nationale.

Une annonce qui intervient dans une séquence politique difficile pour le pouvoir. Au total, environ hui-cent concitoyens dont plusieurs sont en liberté provisoire et en exil, poursuivis ou condamnés pour des infractions en lien avec la crise postélectorale de 2010 ou des infractions contre la sûreté de l’État commises après le 21 mai 2011, bénéficieront cette ordonnance d’amnistie signée, le 6 Août 2018, par le Chef de l’Etat Ivoirien.

Un geste de décrispation. A deux ans de la fin de son mandat, la crise politico-militaire était toujours considérée par les observateurs internationaux comme une faille majeur du bilan d’ADO, dont  l’opposition accuse d’avoir pratiqué une « justice des vainqueurs ». Cette décision vise non seulement à renforcer la réconciliation entre les belligérants de la politique ivoirienne mais aussi faire en sorte que l’Etat Ivoirien ne sombre plus dans la violence.

Parmi les personnes concernées par  cette amnistie figurent certaines personnalités politiques, notamment l’ancienne première dame, Simone Gbagbo, qui purge une peine de vingt ans de prison pour « atteinte à la sûreté de l’Etat».  Les ex-ministres Lida Kouassi et Assoa Adou, ou encore Souleymane Kamaraté Koné, alias Soul to Soul, le chef du protocole de Guillaume Soro seront libérés prochainement selon le Président ivoirien.

Abdoul Karim Hadji SANGARE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *