Les jeunes du Mali s’unissent pour célébrer la journée mondiale de la jeunesse

Le 12 août a été désigné Journée internationale de la jeunesse par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1999 et constitue une célébration annuelle du rôle des jeunes en tant que partenaires essentiels du changement. C’est dans cette dynamique que  l’institut Mondial pour l’autonomisation des femmes (IMAF) et le centre africain pour la jeunesse ont organisé, samedi 10 août 2018 une journée de partage et de réflexion à l’endroit des jeunes du Mali.

Avec comme thème l’engagement civique des jeunes pour la paix et le développement durable, couche juvénile, représentants de la société civile, du ministère de la jeunesse de la construction citoyenne  , s’étaient donnés rendez-vous au siège de l’IMAF sis à Bacodjicoroni Golf. « Ce thème cadre bien avec le thème national », explique Amadi Bathily, le représentant du ministre de la jeunesse et de la construction citoyenne  car « sans paix il n’y a pas de développement », poursuit-il.

Aujourd’hui , le monde compte 1,8 milliard de personnes âgées de 10 à 24 ans.Un  chiffre record car , l’humanité n’a jamais compté autant de jeunes, Selon l’ONU qui commémore cette journée au tour du  thème : « Espaces sécurisés pour les jeunes »

Mais 24 millions d’entre eux ne sont pas scolarisés. Et près d’un enfant sur dix dans le monde vit dans des zones de conflit. L’instabilité politique, les défis du marché du travail et un accès limité à la participation politique et civique ont conduit à un isolement croissant des jeunes dans les sociétés.

L’ONU justifie ce thème par le fait « que les jeunes ont besoin d’espaces sécurisés où ils peuvent se réunir, s’engager dans des activités liées à leurs besoins et à leurs intérêts, participer aux processus de prise de décision et s’exprimer librement. » Aussi pour l’ONU,  les espaces civiques leur permettent de s’engager dans des questions de gouvernance, les espaces publics leur offrent la possibilité de participer à des sports et à d’autres activités de loisirs dans la communauté, les espaces numériques les aident à interagir avec le monde ; et des espaces mieux agencés peuvent aider à répondre aux besoins de nombreux jeunes, en particulier ceux qui sont vulnérables à la marginalisation ou à la violence.

Par exemple dans un contexte humanitaire ou sujet aux conflits, les jeunes peuvent manquer d’espace pour s’exprimer pleinement sans se sentir mal à l’aise. De même, sans l’existence d’un espace sûr, les jeunes selon leur  race,  ethnie, sexe, appartenance religieuse ou milieu culturel différents peuvent se sentir intimidés de contribuer librement à la communauté. Lorsque les jeunes disposent d’espaces sûrs pour s’engager, ils peuvent contribuer efficacement au développement, y compris la paix et la cohésion sociale.

La journée a été agrémentée par des conférences débats, des expositions, et  une soirée traditionnelle pour clore l’évènement.

                                                                                                                             Hamsetou Toure

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*