Mali : la fête de l’indépendance sous le sceau de la renaissance militaire

Après  6 ans d’interruption, le Mali vient de célébrer son 58e anniversaire de l’indépendance, une cérémonie qui a redonné de l’espoir   à  beaucoup de maliens.

 A  9h les trottoirs de l’Avenue du Mali ont été pris d’assaut par des hommes de médias et les populations civiles,  venues en nombre  renouer avec le défilé militaire. A l’avant-scène officielle, les tribunes numérotées répondaient à toutes les commodités. Les officiels et invités de marque sont reçus selon la nature de leurs cartes d’invitation. Les Chefs d’institutions et les membres du gouvernement avec à leur tête le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga  étaient bien présents.

Après l’inspection des troupes, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta a fait son apparition à la tribune officielle sous de vives ovations. Comme de coutume,  il a salué le drapeau sous ’hymne national exécuté oralement par un bataillon des élèves du Prytanée militaire de Kati.

La cérémonie s’est tenue sans incident avec l’affirmation du redressement militaire du pays. Au total plus de 8000 éléments des forces  de défense et de sécurité,  des anciens combattants étaient au rendez-vous.

Pour la sécurisation de cette cérémonie d’indépendance, couplée à l’investiture de son excellence, Ibrahim Boubacar Keita, les agents de sécurité de tous corps confondus étaient sur place et ont laminé les points stratégiques des alentours de l’Avenue du Mali notamment le monument  de  l’obélisque  ‘’Bougie ba ‘’. Selon le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maiga ,  la cérémonie s’est passée dans une bonne atmosphère. La sécurité a été  assurée par l’armée malienne « signifiant que la loi d’orientation et de programmation militaire a fait ses effets », mais aussi  que la population a été très respectueuse envers les autorités a conclu le Premier ministre.

Selon une source sécuritaire, tous les dispositifs sécuritaires étaient en surveillance permanent durant cette cérémonie  qui a duré cinq heures de temps. Bien qu’aujourd’hui les incertitudes que suscite le Mali en termes de sécurité ne soient pas réellement levées, pour Moussa Doumbia, citoyen,  cette fête était imperturbable compte tenu de la présence des autorités étrangères.

  « Nous n’avons pas eu peur durant cet évènement, car tous les périmètres étaient sécurisés », témoigne Aissata N’Daou, gestionnaire à la cité administrative, accompagnée pour l’occasion de ses enfants. « Au début de la cérémonie, j’étais effrayé puisque je croyais que  nos forces de sécurité ne sont pas bien formés à plus forte raison équipés. Mais suite au passage du premier bataillon de la gendarmerie, j’ai commencé à être à  l’aise », indique  un enseignant du groupe scolaire de Bamako Coura. Le but de la parade militaire, c’est bien  de montrer une armée reconstruite et conquérante quoique la situation sur le terrain commande modestie et vigilance.

Abdoul Karim Hadji SANGARE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*