Afrique Subsaharienne : bonne croissance économique à l’horizon

A la suite de la Banque mondiale, le FMI dans ses nouvelles prévisions de croissance pour l’économie mondiale, prédit une bonne croissance sur le continent africain notamment dans les pays d’Afrique subsaharienne où l’effet induit sur l’économie mondiale par l’incertitude qui prévaut dans le commerce international, s’annonce comme une opportunité. Toutefois, la reprise se confirme sur le Continent, en particulier pour les plus grandes économies notamment le Nigeria, l’Afrique du sud et l’Angola, pays qui ont traversé ces dernières années, une mauvaise passe qui s’est répercuté sur la croissance africaine.

L’incertitude engendrée par la guerre commerciale que se livrent les grandes puissances mondiales notamment les USA et la Chine, impactera la croissance des économies africaines, de plus en plus dépendantes aux échanges internationaux. Après la Banque mondiale qui a fait cas, dans la dernière édition de son rapport Africa Pulse, publié la semaine dernière, c’est au tour du FMI de confirmer la baisse de régime qui se profile cette année pour la croissance des pays d’Afrique subsaharienne. Le Fonds a en effet publié ses dernières perspectives économiques pour l’économie mondiale, ce mardi 9 octobre, en marge des Assemblées générales des deux institutions de Bretton Woods, qui se déroulent du 8 au 14 à Bali en Indonésie. De manière générale, le rapport fait état d’une stabilisation de la croissance mondiale jusqu’en 2019, mais l’amplification des risques a fait abaisser les prévisions comparativement à ceux, plus optimistes, d’avril dernier. Ainsi, en 2018 et 2019, le rythme de croissance de l’économie mondiale est désormais estimé à 3,7%, soit le même niveau que celui de 2017 mais un peu moins des 3,9% projeté en Avril dernier, selon La tribune Afrique qui consulté le rapport.

« En avril dernier, l’expansion généralisée de l’économie mondiale nous a amenés à prévoir une croissance de 3,9 % pour cette année et l’année prochaine. Cependant, étant donné ce qui s’est passé depuis, ce chiffre semble trop optimiste : plutôt que de s’accélérer, la croissance s’est stabilisée à 3,7 % », a expliqué le FMI.

Tous les pays et les régions ne sont pas logés à la même enseigne et en Afrique subsaharienne, la situation s’annonce plus reluisante même si le continent pâtit également des nouveaux contrecoups que subit l’économie mondiale. « La croissance commence à reprendre en Afrique subsaharienne », souligne le rapport qui prévoit une croissance moyenne pour la région de 3,1 % cette année, contre 2,7 % en 2017, et mieux encore, 3,8 % en 2019.

Bien qu’elle soit aussi similaire à celle de l’économie mondiale, la croissance prévue pour 2018 est inférieure de 0,3 point de pourcentage aux prévisions des Perspectives de l’économie mondiale que le FMI a publié en avril 2018. D’après le FMI, l’accélération enregistrée en 2016 et 2017 résulte d’un environnement extérieur plus favorable, notamment une croissance mondiale plus forte, l’augmentation des cours des produits de base et un meilleur accès aux marchés des capitaux.

L’évolution de la croissance présente cependant des variations d’un pays à l’autre. Certains pays comme le Ghana, l’Ethiopie, la Côte d’ivoire ou le Rwanda, ainsi que certains espaces économiques comme l’UEMOA, devraient enregistrer des rythmes de croissance appréciables, entre 6 et 8%. Cependant, ce sont les grandes économies, « les géants d’Afrique subsaharienne », qui tirent la croissance du Continent et qui méritent un intérêt particulier.

La rédaction

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*