Actualités Société UNE

Déclaration d’ONU Femmes à l’occasion de la Journée internationale de la femme rurale, 15 octobre

Dans la plupart des pays à travers le monde, les femmes et les filles vivant en milieu rural se heurtent au quotidien à de nombreuses difficultés pour accéder à des infrastructures, des services ainsi qu’à une protection sociale durables. L’omniprésence de ces difficultés offre à la fois de vastes ouvertures de changement afin, qu’à terme, elles ne constituent plus des entraves et obstacles à la vie de ces femmes et ces filles.

Les femmes rurales représentent 43 pour cent de la main-d’œuvre agricole dans les pays en développement, travaillant dans des emplois très exigeants, pénibles, informels et mal rémunérés, n’offrant pratiquement aucune protection sociale ni sécurité de revenus. Le travail des enfants est très répandu dans les zones rurales, les filles constituant une part importante de la main-d’œuvre agricole.

Les femmes et les filles sont chargées de la collecte de l’eau dans 80 pour cent des foyers n’ayant pas accès à l’eau potable. C’est un travail dur qui ne deviendra que plus difficile à mesure que la pénurie d’eau s’aggravera. Le trajet pour aller chercher l’eau présente également des risques pour la sécurité. En l’absence d’eau et d’installations sanitaires adéquates, les femmes et les filles sont exposées à la maladie, à la violence et à d’autres risques sécuritaires. Tous ces facteurs déficitaires sont autant d’obstacles les privant du droit de bénéficier d’une bonne éducation, de générer un revenu et de se déplacer librement.

La collecte du combustible, qui peut prendre jusqu’à cinq heures par jour, et la cuisson avec des combustibles impurs peuvent entraîner des problèmes de santé de longue durée, parfois mortels pour les femmes. Dans les pays qui dépendent fortement des combustibles comme le charbon, le bois, le fumier ou les déchets de récoltes pour la cuisine en particulier, les femmes sont victimes de 6 décès prématurés sur 10 en raison de la pollution de l’air ambiant domestique.

Des infrastructures, des services et une protection sociale durables sont essentiels au progrès. Les mesures visant à améliorer leur mise en œuvre peuvent apporter à la fois une aide immédiate et des avantages durables tout au long de la vie. Par exemple, l’amélioration de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement a un impact sur l’éducation des filles, lorsqu’elles restent plus longtemps à l’école, et permet d’augmenter le travail rémunéré des femmes pour produire des biens et fournir des services. L’extension de la couverture des réseaux de distribution d’eau et de l’approvisionnement continu en eau potable par canalisation aux collectivités rurales est donc une priorité urgente qui présente de nombreux avantages.

Les organisations de la société civile, les entreprises et les coopératives de femmes rurales jouent un rôle primordial pour favoriser leur mobilisation, pour faire entendre leur voix, accroître leur capacité à agir et leur représentation dans les sphères politique et économique, et leur permettre d’influencer les décisions et les institutions qui ont une incidence sur leur vie.

Partout dans le monde, les femmes rurales se sont mobilisées pour obtenir de l’eau pour l’irrigation et l’usage domestique, et de l’énergie renouvelable pour éclairer leurs maisons et faire fonctionner leurs petites entreprises. Les coopératives de femmes rurales fournissent des services de garde d’enfants pour leurs membres, et ceci grâce également à leur aide. Mais les solutions à petite échelle ne suffisent pas. Elles doivent être relayées par des initiatives à plus grande échelle au niveau institutionnel représentant un véritable investissement dans l’avenir, auxquelles les femmes et les filles participeront et qui profiteront également aux hommes et aux garçons.

À l’occasion de la Journée internationale de la femme rurale, ONU Femmes lance un appel à la communauté internationale pour qu’elle accompagne les femmes et les filles rurales du monde entier, pour accroître les investissements dans les infrastructures, l’accès aux services et à la protection sociale durables, afin de contribuer à transformer leurs moyens de subsistance, leur bien-être et leur capacité de résilience.

@bamakonews.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *