Les conditions de sécurité au Mali : jugées préoccupantes selon le SG de l’Onu

Dans le cadre de son rapport trimestriel, le Secrétaire général vient de publier son rapport concernant l’exécution sur le terrain de la résolution 2423 (2018) notamment sur les progrès accomplis dans l’application de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

Le Secrétaire général de l’Onu, António Guterres souligne dans son rapport trimestriel publié le 25 septembre 2018 que l’événement majeur de la période de l’examen a été l’élection présidentielle, qui a donné lieu à la réélection du Président Ibrahim Boubacar Keïta. Les parties signataires ont réalisé des progrès dans l’application de l’Accord, qui se sont notamment traduits par la nomination d’autorités intérimaires au niveau des cercles, la création de communes dans les régions de Ménaka et de Taoudéni et l’adoption d’une stratégie de réforme de l’appareil de sécurité, a déclaré M Guterres.

Par rapport à l’application de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, il indique que le 25 juin 2018, le Comité de suivi de l’Accord a tenu sa vingt-sixième session, lors de laquelle il a notamment évalué les progrès accomplis dans l’application de la feuille de route adoptée le 22 mars. Les participants ont exprimé leurs préoccupations quant à l’absence de progrès dans l’établissement d’autorités intérimaires au niveau des cercles et dans la mise en service d’unités mixtes du Mécanisme opérationnel de coordination à Kidal et Tombouctou en amont de l’élection présidentielle du 29 juillet, et ils ont demandé aux parties de créer des conditions propices à la tenue d’opérations électorales crédibles, dit-il.

Sur les mesures politiques et institutionnelles, le SG António Guterres rappelle que le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, s’est rendu au Mali du 31 août au 5 septembre et s’est entretenu avec les hauts responsables de la Mission de l’avant-projet de « pacte pour la paix », qui avait été élaboré après consultation avec le Gouvernement et les parties signataires. Le « pacte pour la paix » repose sur la feuille de route du 22 mars et les critères de suivi de l’application de l’Accord. Il vise à renouveler l’engagement des parties signataires, accélérer l’application de l’Accord, appuyer les efforts de paix actuels et adopter des objectifs à long terme.

Concernant les mesures de défense et de sécurité, il indique que le Conseil national pour la réforme du secteur de la sécurité a adopté la stratégie nationale en la matière, qui définit un projet fondé sur les principes d’inclusion et de représentativité au sein de l’appareil de sécurité, ainsi que le prévoit l’Accord. La Mission a continué de travailler avec les parties signataires à l’élaboration du plan d’action de la réforme du secteur de la sécurité, du projet national de reconstitution et de redéploiement des Forces de défense et de sécurité maliennes et d’un cadre conceptuel pour la police territoriale. Elle a apporté son soutien au développement des compétences en matière de police de proximité, de la police nationale dans les régions de Gao, Mopti et Tombouctou.

Au cours de la période considérée, les conditions de sécurité sont demeurées très préoccupantes, selon le rapport. Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans a lancé des attaques contre la MINUSMA, les Forces de défense et de sécurité maliennes et les forces internationales dans le centre et le nord du Mali, les régions de Gao et de Mopti ayant été les plus touchées. Dans le centre du pays en particulier, les actions d’intimidation, les enlèvements et les assassinats ciblés, à la fois de civils et de membres de groupes armés signataires, ont augmenté, de même que les cas présumés de violence sexuelle et sexiste.

Seydou Karamoko KONE

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*