Lutte traditionnelle : le Sambo s’implante au Mali

Les arts martiaux continuent de s’implanter au Mali. Aujourd’hui nous nous intéressons au Sambo ou la lutte traditionnelle Russe. Une jeune discipline qui fait déjà des merveilles. Le Mali est considéré  aujourd’hui  comme l’un des précurseurs de cette discipline sur le continent.

Implanté au  Mali en 2013, Sambo signifie autodéfense sans arme. Ces adeptes sont appelés les samboistes.

« Les combats se disputent sur un tapis de lutte et les combattants sont vêtus d’une kurtka rouge ou bleue fermée par une ceinture de couleur (blanche, jaune, verte, bleue, rouge, noire), un short (bleu ou rouge assortie à la veste) appelé trusi, et des chaussures appelées bortsovski », explique sory I konaté pratiquant et membre de l’association malienne de Sambo.

Les techniques du sambo sont très nombreuses (plus de 5000 prises) et entrent dans trois grandes catégories : les projections, les contrôles articulaires et les immobilisations.

Il est pratiqué sous trois formes : sportif (proche de la lutte et du judo), combat (pieds poings proche du combat libre) et un aspect défense. Pour gagner il s’agit de soumettre (clef de jambe de bras et étranglement en sambo combat) son adversaire et /ou  de le projeter en restant débout (victoire totale).

Pour sa première participation à la Coupe d’Afrique de sambo tenue en Tunisie en juin dernier, le Mali a remporté trois médailles, dont une en argent et deux en bronze.

À Astana, capitale du Kazakstan en 2017 lors de la coupe du monde, quatre maliens ont participé et ils sont revenus  avec 1 médaille de bronze.

                                                                                                                        Hamsetou Toure

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*