Orientations des admis au DEF : élèves et parents s’impatientent

Avec un taux de réussite de 70% (contre 42,27% en 2017), les diplômés du DEF(Diplôme d’Etude Fondamentale) attendent toujours leur orientation dans les établissements d’enseignement secondaire, près de deux semaines après la rentrée officielle marquée cette année au Mali par des fortes inondations qui ont empêché l’ouverture de certaines écoles dans la capitale.

 Dans plusieurs écoles nous avons entendus les différentes causes liées à ce retard. D’où la question qui reste posée : à quand cette orientation ? Est-ce parce que les candidats admis n’ont pas assez de niveau ou est-ce parce que les enseignants sont en grève?

Au lycée technique de sarambougou où nous nous sommes rendues, l’atmosphère était marquée par une grande inquiétude concernant les orientations. Selon les responsables de ladite école : « nous n’avons aucune information concernant les orientations. Nous attendons tout comme les élèves d’ici le 15 ou le 23 octobre ». Les élèves étaient également du même avis. Ismaël Touré, un admis au lycée technique  de sarambougou s’inquiète et s’interroge après trois semaines de la rentrée des classes. « Je ne comprends pas pourquoi un tel retard pour les orientations. Certains disent que les enseignants sont en grève pour réclamer une augmentation de salaire car les enseignants qui dispensent les cours à l’université sont mieux payer que ceux dans des lycées», raisonne le jeune homme qui profite pour lancer un appel au gouvernement de vite régler la situation car il ne veut plus rester à la maison.

 Malgré ce fort taux d’admission certaines écoles ne sont plus prêtes à accompagner l’Etat dans le décongestionnement, si les orientations sont en retard les parents et les élèves sont obligés d’aller voir ailleurs ou patienter, selon le niveau de bourse des uns et des autres. Face à cet état de fait, des questions taraudent les esprits comme il fut le cas avec cette maman despérée, oumou cissé qui soutient : « J’ai mon fils qui a eu le DEF cette année mais je suis inquiète car les orientations ne sont toujours pas disponibles. Chaque jour, il part et retourne à la maison avec un même discours : «  les enseignants sont en grève ». Vraiment, l’Etat doit trouver une solution car la situation deviendra plus compliquée. Déjà les enfants n’ont pas assez de niveau, s’il faut encore les mettre en retard ça risque d’être difficile», plaide cette mère qui exhorte le gouvernement à agir vite.

Selon des sources proches du ministère, le retard est dû au bras de fer entre le Département de l’Education et les promoteurs des établissements privés qui réclament des centaines de millions d’arriérés de subvention aux autorités. Ces dernières années, le retard des orientations est devenu une constance au Mali, où la répartition des admis au DEF entre les établissements, public et privé, suscitent des frictions entre les acteurs du secteur. Les orientations devraient d’être publiées sur le site du ministère bientôt. En attendant, les élèves et parents doivent prendre leur mal en patience.

Fatoumata Koita

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*