Trafic d’armes : 45 000 personnes tuées chaque année en Afrique

Sur les 140 000 morts liés aux conflits armés sur le continent africain, le trafic d’armes tue 45 000 personnes par an. C’est ce que révèle  une étude de Small Arms Survey, évoquant la période 2012-2017, rendue publique mardi.

Selon le rapport  relayé par plusieurs medias  ce flux a notamment « constitué un détonateur de la crise qui a commencé en 2012 au Mali ». Plusieurs raisons expliquent l’extrême difficulté à lutter contre cette prolifération, à commencer par les origines variées des équipements en question : certaines armes sont détournées ou volées dans les arsenaux nationaux ; une autre partie des stocks illicites est alimentée par la remise en circulation d’armes légères déjà illégalement détenues par le passé … décrypte un chroniqueur de jeune Afrique.

Les pays   mentionnés dans le rapport,  dont le  Mali, le Niger et la zone frontalière du Burkina Faso doivent tous assumer les conséquences d’un conflit armé ou d’une insurrection en cours ou récente, et faire face à la menace sérieuse que représentent la criminalité transnationale organisée et les groupes terroristes, notent les chercheurs de Small Arms Survey. Les destinataires finaux, eux, sont notamment les groupes extrémistes violents comme Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Ansar Eddine, Al Mourabitoune ou Boko Haram.

Bamakonews.net

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*