Insécurité à Gao : Vers une restriction de mobilité pour les pick-up et motocycles

Le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga  était en visite, dimanche, 2 décembre à Gao. La cité des Askia fait face à une montée de l’insécurité.

C’est pour évaluer la situation sécuritaire et soutenir la cohésion sociale qu’intervient cette visite de 24 heures. Gao est en proie à une insécurité récurrente. Après l’explosion meurtrière d’un véhicule près d’un camp militaire, en plein centre-ville en début novembre, la ville a été secouée la semaine dernière par l’assassinat d’un important opérateur économique. Oumar Maïga et son aide de camp avaient été tués par balles par des hommes armés non identifiés. Le crime s’est produit en plein jour, au centre-ville. Gao symbole de résistance, voit se multiplier les enlèvements, les assassinats ciblés, des attaques « complexes »

Soumeylou Boubèye Maïga, natif de la région y a annoncé un « renforcement prochain des mesures sécuritaires et des capacités des forces armées et de sécurité en personnel et en moyens », rapporte le service de communication de la primature qui ajoute que 300 agents des forces de sécurité supplémentaires seront déployés dans la ville (150 policiers et 150 gardes nationaux). Le Premier ministre a annoncé également l’ouverture prochaine d’un second commissariat de police dans la ville de Gao. Pour lutter contre l’insécurité et le banditisme, SBM a également annoncé l’extension prochaine à la ville de Gao des mesures de restrictions sur la mobilité des pick-up et des motocycles déjà en vigueur dans le Centre.

 

Le Premier ministre a reçu les doléances des autorités locales, relatives à la sécurité, l’état des infrastructures. Il a félicité les représentants de l’Etat avant d’exhorter la population de Gao à collaborer avec l’armée. « La paix et la sécurité, c’est d’abord l’engagement des citoyens », conclut-il.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*