UE/ACP: Un rapport parlementaire dresse les enjeux d’un futur partenariat

Conclu en 2000 au Bénin, l’accord de Cotonou connu sous l’acronyme ACP prendra fin à la fin de l’année 2019. Des négociations sur le futur accord de partenariat ont débuté en septembre 2018 à New York, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies. C’est dans ce contexte que Valérie Thomas, élue de La République en marche (LREM) et Jérôme Lambert, député socialiste, dressent dans leur rapport parlementaire les enjeux du futur partenariat.

Les deux rapporteurs plaident pour le maintien de la coopération entre l’Union européenne et les 79 pays ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique). Dans cette optique, ils émettent une vingtaine de recommandations sur les volets politiques, économiques et commerciaux. Selon les deux élus, le principal enjeu de la négociation en cours est de passer d’une logique développementale à un vrai partenariat et à une relation d’égal à égal entre Européens et pays membres de l’ensemble ACP.

«L’ensemble ACP peut en théorie permettre la formation d’une puissante coalition diplomatique et mérite pour cette raison d’être préservé », écrivent les deux rapporteurs, à condition « de se doter d’institutions adéquates et adaptées aux questions traitées ».À terme, les deux députés estiment que « c’est bien une relation entre l’Europe et l’Afrique qu’il faudra bâtir ». Le futur accord de partenariat, doit donc « être le premier pas », jugent-ils d’un processus qui devra déboucher sur la conclusion d’un « accord de continent à continent ».

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*