Actualités Politique

Assemblée nationale : La session de tous les rebondissements ?

La cérémonie d’ouverture de la session ordinaire d’avril de l’Assemblée nationale s’est déroulée, le lundi 1er avril 2019, sous la présidence du président de ladite institution, Issiaka Sidibé. C’était également en présence du Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, des membres du gouvernement, des présidents des Institutions de la République et plusieurs autres personnalités.

D’entrée de jeu, le président de l’Assemblée nationale, Issiaka Sidibé a d’abord fait observer une minute de silence en la mémoire des victimes des événements dramatiques, rappelant que notre pays vit des moments extrêmement difficiles sur le plan sécuritaire. A ce propos, Issiaka Sidibé est revenu sur les récents événements de Dioura, d’Ogossagou, de Boulkessi, de Siby, du camp de Koulikoro, etc. ‘’L’Assemblée nationale condamne fermement toutes ces violences gratuites destinées uniquement à gâcher les efforts de paix et de réconciliation déployés par le Mali’’, ajoute le président Sidibé tout en félicitant le Chef de l’Etat et le Gouvernement pour les mesures supplémentaires de sécurité adoptées à la suite de ces actes crapuleux ainsi que les changements effectués au sein de la hiérarchie militaire. « Nous soutenons les FAMa et nous les exhortons à être dorénavant plus alertes, à redoubler de vigilance et de discipline », a-t-il adressé.

Selon le patron de l’hémicycle, depuis un certain temps, les pouvoirs publics font face à une série de revendications syndicales et à de nombreuses grèves. Il serait bienséant que les demandes corporatistes ou sociales tiennent véritablement compte de deux paramètres majeurs: d’une part, les capacités réelles de l’Etat à les satisfaire et d’autre part, les séquelles des mouvements sociaux sur la vie de notre nation. « Nul ne doit se sentir si fort pour tenter d’entraver le fonctionnement normal de l’Etat », a averti le président Sidibé et d’indiquer qu’aujourd’hui, la situation de l’école est déplorable, voire alarmante. « Il faut y remédier de toute urgence pour que les enfants reprennent sereinement le chemin de l’école!  J’en appelle au patriotisme de tous les enseignants et des autres acteurs de l’Education, afin que cette crise scolaire soit enfin derrière nous, à jamais » ,a-t-il assené.

Par ailleurs, le président Issiaka Sidibé a salué les efforts du président de la République dans le cadre de la décrispation du climat politique. Et de souligner que la paix et la cohésion peuvent garantir le développement et l’épanouissement de notre cher pays.

Au cours de cette session, il est prevu des discussions sur plusieurs projets de loi dont celui de la révision constitutionnelle en préparation qui devrait être soumise très prochainement à l’Assemblée nationale. Au dire du président Sidibé, ce projet de loi ainsi que tous les autres textes prévus dans le cadre des réformes institutionnelles et politiques devront faire l’objet de la plus grande attention de leur part. De même, il a déclaré que la loi d’entente nationale ferait ainsi l’objet d’une intention des élus pour la consolidation de la paix et la réconciliation nationale de notre pays. Notons que cette session doit durer 90 jours pour une soixantaine de projets et propositions de lois inscrits au programme.

En plus de ce programme, un autre sujet cristallise les attentions, celui de la motion de censure qui pourrait être engagée contre le Gouvernement. Au-delà des supputations sur cette question, tout semble indiqué que le divorce entre le Premier ministre en place et les élus de la majorité est consommé. Reste à savoir s’il sera prononcé à travers cette éventuelle motion de censure qui annonce, d’ores et déjà, de multiples rebondissements.

Seydou K. KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *