Actualités Société

BTP : L’échangeur de Sikasso sera exécuté par l’EGK

L’Entreprise générale Konaté (EGK) est aujourd’hui une des entreprises maliennes qui fait la fierté dans le secteur des BTP. Apres avoir réalisé l’échangeur de Ségou, qui est aujourd’hui la vitrine de la  cité des Balanza, l’Etat malien  vient renouveler sa confiance à l’EGK pour la construction d’un échangeur, d’un viaduc et l’aménagement de 10 km de voies urbaines dans la ville de Sikasso.

«Nous sommes très fiers de cette entreprise qui fait la fierté des maliens.  Aujourd’hui les entreprises maliennes évoluent. On ne savait pas qu’une entreprise malienne pouvait construire un échangeur mais EGK a relevé les défis à Ségou.  On estime qu’elle mérite d’avoir aussi le marché de celui de Sikasso », s’enthousiasme un habitant de Sikasso qui exhorte les pouvoirs publics maliens à faire confiance aux entreprises locales. L’Entreprise générale Konaté (EGK) a fait de plus en plus ses preuves dans la construction des routes, des ponts et des échangeurs.

La cérémonie du lancement des travaux de construction d’un échangeur, d’un viaduc et l’aménagement de 10 km de voies urbaines dans la ville de Sikasso a eu lieu, le jeudi 4 avril 2019, à Sikasso, sous la présidence du Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita. Dans son mot de bienvenue, le Coordinateur général des chefs de quartier du Sikasso, a salué les organisateurs pour les efforts consentis depuis l’annonce de l’arrivée du président pour ce lancement. « Nous sommes très heureux de voir ce jour du lancement d’un échangeur dans notre ville.  Cet échangeur va certainement permettre d’éviter beaucoup d’accidents, de faciliter la circulation et rendre la ville plus belle », s’est réjoui le coordinateur. Le Maire de la Commune urbaine de Sikasso, Kalifa Sanogo a également remercié le président de la République pour avoir pensé à la ville de Sikasso pendant son règne. Selon lui, ce lancement vient s’ajouter au lancement des travaux d’aménagement en 2×2 voies de la traversée de la ville de Sikasso  en novembre 2017 , en plein chantier.

Par ailleurs, il a souligné beaucoup d’autres projets pour le développement et l’émergence de la cité verte dont la construction d’une université. IBK très ému a estimé que la ville de Sikasso mérite bien ces projets de construction. Selon lui, l’échangeur est une demande des sikassois qui vient d’être lancé avec le concours de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD).

Le ministre des Infrastructures et de l’Equipement, Traoré Seynabou Diop, a déclaré que ce projet va améliorer la circulation à l’intérieur de la ville de Sikasso et le cadre de vie des populations riveraines. Il s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des objectifs du Cadre Stratégique pour la Relance Économique et le Développement Durable (CREDD) 2016-2018 et de la Politique Nationale des Transports, des Infrastructures de Transport et du Désenclavement (PNTITD). Elle a signalé que le chantier donnera corps à la zone économique spéciale SIKHOBO lancée ici même, il y a moins d’une année. La construction d’un viaduc au carrefour de l’OUA, la construction d’un échangeur au carrefour de la RN7/RN11 et l’aménagement de 10 km de voies urbaines viendront, sans aucun doute, impulser une nouvelle dynamique au développement de cette région où transitent annuellement plus de 24 mille tonnes de marchandises, espère madame le ministre.

Les travaux sont confiés à l’entreprise malienne EGK ,  une reference sous régionale en matière de BTP, pour un montant Hors Taxes/Hors Droits de Douane de 27.044.653.565 Francs CFA et un délai d’exécution de 27 mois. Les prestations pour le contrôle et la surveillance sont confiées au bureau d’études malien CIRA SAS, pour un montant Hors Taxes/Hors Droits de Douane de 1.284.382.300 Francs CFA et un délai d’exécution de 29 mois. Le financement est assuré par l’Etat du Mali à travers un prêt de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) et le Budget national.

Retenons que Sikasso, capitale de la 3ème région administrative du Mali est située au croisement de trois routes nationales et demeure un véritable carrefour en direction de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et du Ghana.

Seydou Karamoko KONE, envoyé spécial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *