CEN-SAD : De nouveaux jalons ont été posés à N’Djamena

N’Djamena a abrité, le samedi 13 avril dernier, un sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD). L’objectif vise à redonner un nouveau souffle à l’organisation qui, depuis la chute de Kadhafi, est en léthargie.

La CEN-SAD a été créée le 4 février 1998 à Tripoli (Libye). Sa dernière rencontre remonte à 2013 dans la capitale tchadienne. Pour le président Idriss Déby Itno Déby, «la mise en œuvre des grands chantiers de la refondation de la CEN-SAD exige un rythme accéléré des reformes en cours et une mobilisation conséquente des ressources». Il ajoute que la refondation de cette organisation est devenue plus qu’une nécessité, une urgence, en raison notamment des défis sécuritaires qui assaillent la bande sahélo-saharienne mais aussi la persistance des conflits majeurs dans bon nombre de pays membres.

En amont du conclave des chefs d’Etat, les experts et ministres des affaires étrangères des pays membres ont balisé le terrain avec l’élaboration d’une feuille de route pour la relance des activités de l’organisation et la mise en place d’un nouveau secrétariat exécutif. Les chefs d’Etat se sont réunis à huis clos, peu après l’ouverture solennelle du Sommet, pour adopter les principales conclusions.

Ainsi, le nouveau siège de la CEN-SAD a été transféré de Tripoli à N’Djamena. Le secrétariat exécutif a été confié au Niger pour quatre nouvelles années et un nouveau poste de secrétaire général adjoint a été créé et confié au Maroc.

Les pays membres de la CEN-SAD sont le Bénin, le Burkina Faso, la République centrafricaine, le Tchad, la Côte d’Ivoire, Djibouti, l’Egypte, l’Erythrée, la Gambie, le Ghana, la Guinée Bissau, le Liberia, la Libye, le Mali, le Maroc, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, la Sierra Leone, la Somalie, le Soudan, le Togo et la Tunisie.

www.bamakonews.net

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*