Education : la grève continue malgré les promesses de déblocage des salaires

Ibrahim Boubacar Keita  a reçu en audience, dimanche 14 avril à la Base B les familles fondatrices de Bamako, les coordinateurs des quartiers et certains leaders religieux. En toile de fond: l’école. « Les enfants ne partent pas à l’école. Or, tout ce que nous faisons, nous le faisons pour nos enfants. Nous avons remarqué que vous êtes en train d’écouter le peuple. Que Dieu vous aide à accomplir vos nobles desseins pour le Mali » a encouragé  M. Souleymane Niaré, le représentant de la famille Niaré.

Dans le même registre Mamadou Bamou Touré rappelle quant à lui que «  les deux principales préoccupations des populations demeurent l’école. Les 850 heures nécessaires pour les enfants doivent être respectées. Nous sommes donc venus vous demander humblement d’ordonner le payement des salaires retenus. En deuxième lieu, nous vous demandons de parler aux Maliens pour les édifier sur l’état du pays. Nous vous exhortons à continuer à appeler tout le monde, discuter et échanger avec eux pour l’intérêt supérieur de la Nation», exhorte ce notable de Bamako. Les leaders religieux présents à la rencontre ont encore une fois prêché l’apaisement du climat social avant de rappeler au président de la République l’importance de l’école dans la vie d’une Nation.

En réaction, le Président de la République a remercié tous les intervenants pour leur constante attention envers les autorités pour le Mali. « Aujourd’hui, tous les Maliens sont surpris par la tournure des événements. Tout a été dit, expliqué. Cependant, vous ne saurez venir me voir pour un sujet et que votre volonté ne soit exaucée. Le déblocage des salaires n’est plus un problème InchAllah ». « Ce que vous avez demandé, je l’ai accepté » dit le Président Keita qui invite toutes les couches de la société à s’investir dans l’assainissement de l’école.

« Ayons pitié de nos enfants. Piété de ce pays là. C’est l’avenir de chacun de nos enfants qui est en jeu.» invite le Chef de l’Etat qui dit connaître l’importance des études pour avoir été lui-même le premier du Soudan et envoyé par conséquent dans une école de prestige par le gouvernement français sous le Président Charles de Gaulle. « Dieu est mon témoin, je ne me suis pas reposé à force de poursuivre le dialogue social. Seul objectif: la cohésion sociale et l’exclusivité des mesures importantes. Le pays a besoin de cela. Nous le ferons. Que Dieu nous assiste ! » a conclut le Chef de l’Etat qui a promis de s’adresser à la Nation très bientôt.

Cependant, la position des enseignants est restée intacte. Ils conditionnent toute négociation au déblocage effectif de leurs salaires. Aussi, ils ne renoncent pas à leurs trois points de revendication, objet du blocage avec le gouvernement. Par conséquent le préavis de grève de 23 jours à compter du 15 avril, est maintenu selon une source syndicale.

www.bamakonews.net

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*