Actualités Politique

Mali : Le départ du Premier ministre, la solution?

Suite à l’interdiction de leur marche, mardi 02 avril 2019, le Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) a appelé ses militants et sympathisants à marcher vendredi aux côtés des groupements religieux pour entre autres condamner l’insécurité et réitérer l’appel à la démission du Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maiga lors d’une conférence de presse.

 La marche avortée avait pour but de défendre le Mali, la cohésion nationale et interpeller les autorités maliennes à prendre leurs responsabilités afin que la recrudescence de la violence cesse au centre du Mali. « Le vendredi, il y a la marche des religieux. Nous demandons à nos militants et à nos militantes de participer à cette marche. On arrêtera plus parce qu’il n’y a aucune raison. C’est un droit constitutionnel. Nous n’allons pas en abuser mais on va en user comme il faut », indiquent les membres du FSD. Par ailleurs, lors de ce point de presse, les responsables du FSD ont souhaité la démission du premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga et de son gouvernement pour « incompétence avérée à tous les niveaux ».

Plusieurs ténors étaient présents à ce point de presse : Oumar Hamadoun Dicko, Konimba Sidibé, Me Amidou Diabaté, Me Hassane Barry, Nouhoum Togo et de Paul Ismaël Boro. « Nous avions souhaité organisé une marche unitaire depuis la semaine dernière avec la société civile, les formations politiques et les syndicats. Le samedi passé, on nous a demandé de reporter cette marche en raison du deuil national. Ce deuil finissait dimanche. Nous avons demandé à nos partenaires d’organiser ensemble une marche pour le mardi. Nous apprenons pour des raisons obscures que le gouverneur du district de Bamako a décidé de ne pas autoriser la marche », introduit Oumar Hamadoun Dicko du FSD ainsi son allocution. Et de poursuivre que le gouvernement cherchait l’affrontement en interdisant cette marche.

En plus de l’opposition des associations notamment religieuses envisagent une grande mobilisation ce vendredi, 5 avril. La semaine dernière la coalition des organisations de la société civile avait prévu une manifestation d’envergure nationale pour attirer l’attention des pouvoirs publics sur la situation sécuritaire.

Ces mouvements sociaux pourraient avoir un impact considérable sur l’équipe gouvernementale. Le départ du Premier ministre semble imminent selon des sources qui s’interrogent tout de même sur l’impact d’un tel départ sur la situation actuelle.

www.bamakonews.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *