Syndicats des enseignants : vers une nouvelle grève de 23 jours, à compter du 15 avril

Les  syndicats  signataires du 15 octobre 2016 ont battu le pavé, jeudi 11 avril dans le centre de la capitale malienne, en synchronisation avec plusieurs grandes villes du pays pour demander le reversement de leurs salaires.

Ils étaient des centaines à avoir marché, jeudi 11 avril, en plein cœur de Bamako. Partie de la place CAN, la manifestation a pris fin aux pieds du monument Kwamé Nkrumah, l’itinéraire habituel des contestataires. Le mouvement a été suivi dans plusieurs villes du pays selon les responsables syndicaux. Les enseignants brandissent les mêmes revendications : la prime de logement, l’intégration des enseignants des collectivités aux services centraux  de l’Etat ou encore la majoration des indemnités liées aux examens et concours. Les négociations avec le gouvernement n’ont pas abouti.

Pour cette énième sortie, les syndicats exigent également le reversement de leurs salaires. En représailles contre les séries de grèves, le gouvernement a retenu les salaires de certains enseignants. Les manifestants ont réaffirmé leur détermination à aller jusqu’au bout de la contestation. Ils prévoient de déposer un nouveau préavis de grève de 23 jours, à compter du 15 avril. A deux mois des vacances, cette annonce inquiète au Mali, où certains sont pessimistes quant à la couleur de l’année. L’année blanche est-elle inévitable ?

www.bamakonews.net

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*