Actualités Société

ECOLE : Une stratégie de choc pour sauver l’année attendue les 27 et 28 mai 2019

Après avoir réussi le difficile pari de la fin de la grève des syndicats d’enseignants, le ministre de l’Education, le Dr Témoré Tioulenta, et tout son staff sont, depuis, en train de réfléchir sur une stratégie de choc pour sauver l’année scolaire 2018-2019. Une question qui est non seulement sur toutes les lèvres, mais aussi taraude les esprits de tous les parents d’élèves des écoles publiques maliennes qui étaient en grève depuis des mois.

Selon une source bien introduite auprès du ministère de l’Education nationale, qui d’entrée de jeu, rappelle, comme dans l’armée, une stratégie se murie, se réfléchie et ne se livre pas à la première occasion. Cependant, a-t-elle révélé, à l’initiative du ministre, une rencontre de haut niveau, regroupant toute la crème de l’administration scolaire, ainsi que les principaux acteurs de l’école, sera organisée, les 27 et 28 mai 2019, pour dégager les voies et moyens pour sauver l’année scolaire 2018-2019. Mais, d’ors et déjà, rapporte notre source, quelques propositions de solution sont sur le bureau du ministre. Lesquelles propositions seront analysées, approfondies avant d’être adoptées, lors du grand rendez-vous.

En effet, confie notre source, les chronogrammes des examens (DEF et Bac) seront revus et repoussés aux mois de juillet et août 2019. Pour ce faire, il sera organisé à l’intention des élèves des classes d’examen (DEF et Bac) des cours de remédiation ou cours de soutien ou de rattrapage, selon certains, autour des matières principales. Cela, a-t-il fait savoir, va engendrer un changement, notamment sur les horaires de cours. Ainsi, il ne sera surprenant d’inviter les élèves à aller à l’école les jeudis après-midi, les samedis matins ou certains jours fériés).

« Il revient aux spécialistes de voir de façon pédagogique comme adapter la nouvelle situation exceptionnelle de cette année scolaire au contexte actuelle du moment, caractérisée par l’hivernage, qui déjà annoncé ses couleurs, le mercredi dernier par la mort de 15 personnes dans le district de Bamako et environs », a-t-il soutenu.

En tout cas, rassure notre source, «Situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles : le ministère ne ménagera aucun sacrifice pour permettre aux élèves-candidats au DEF et au Bac d’exécuter 70 à 80% du Programme normal. Et selon les spécialistes, c’est bien possible d’atteindre ces performances durant la période prévue pour récupérer le temps perdu». Consciente du contexte hivernal qui peut perturber le déroulement de ce programme exceptionnel, notre source estime que l’administration scolaire ne manquera pas d’initiatives en fonction des réalités de chaque localité.

En conclusion, notre source dira que toutes ses propositions seront débattues lors de la rencontre de 27 et 28 mai dernier, qui décidera en dernier ressort les dispositions à mettre en œuvre pour sauver l’année scolaire 2018-2019, parlant l’école malienne.

www.bamakonews.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *