Actualités Société

Fête de Ramadan : L’esprit et le business « henné » !

Jour de pardon, de solidarité et de communion, la fête de Ramadan est aussi un jour où l’on se fait belle, avec diverses parures, dont le tatouage des mains et pieds chez la femme. Au Mali, le henné est une vieille pratique très prisée par les femmes à l’occasion des fêtes, fiançailles, mariages et baptêmes. Reconnu pour ces vertus médicinales, et recommandé par l’Islam et nos traditions, l’usage du henné, comme parure, est devenu, de nos jours, une véritable mode pour les Maliennes. Si le henné, auparavant, était posé par les vieilles femmes, les nouvelles fiancées ou mariées, il est aujourd’hui pratiqué par les jeunes filles, dont certaines l’utilisent par l’effet de mode, d’autres pour cacher les pieds, difficilement éclaircis avec les produits cosmétiques ou pour donner un faux statut social.

Par ailleurs, avec la modernisation de la pratique, il est fréquent de voir les hommes tatoueurs, une profession, qui était exclusivement réservée à la femme. A l’occasion de la fête de Ramadan 2019, à l’instar des autres marchés de Bamako, les tatoueurs des Halles de Bamako sont envahis par des jeunes filles et femmes, venues se faire tatouer. Selon le jeûne tatoueur Yaya Bagayoko, le marché est lent ces jours-ci. « Mais, dans la mouvance de la fête, je peux gagner jusqu’à 250 000 de FCFA », rassure-t-il. Et de préciser que les prix varient selon les modèles. « Le henné traditionnel « Farafing diabi » varie entre 1 500 et 2 000 FCFA. Le tatouage moderne, entre 250 et 1 000 FCFA, pour les mains. Les deux mains et les deux pieds sont tatoués au de 2 500, 5 000, 15 000, 25 000, voire 50 000 FCFA, selon les modèles », conclut-il.

www.bamakonews.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *