International

Gambie : Condamnation de 8 militaires pour complot contre le président Barrow

Sept militaires gambiens ont été condamnés le lundi 27 mai 2019, par une cour martiale à 9 ans de prison et un autre à 3 ans pour faits de trahison et mutinerie contre le président Adama Barrow. Par ailleurs, deux généraux de l’ex-président Yahya Jammeh, qui l’avaient suivi en exil avant de rentrer en Gambie en janvier 2018, accusés de désertion, ont été acquittés.

Sur 12 militaires détenus et inculpés depuis 2017, la Cour martiale de Yundum, à 25 km de Banjul, en a acquitté quatre et reconnu coupables les huit autres, la semaine dernière, avant de prononcer les peines, le lundi 27 mai 2019.

Le président de la cour martiale, le colonel Salifu Bojang, a lu les noms des sept condamnés à neuf ans de prison et de leur camarade condamné à trois ans, tous étant “radiés avec indignité des forces armées”.

Les condamnés et leurs proches ont réagi au verdict par des cris et des pleurs, a rapporté un correspondant de l’AFP.

Le colonel Bojang a indiqué que les condamnés avaient comploté l’arrestation de ministres et de responsables de l’armée et créé un groupe WhatsApp pour planifier des attaques contre la force de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans la région d’origine de Yahya Jammeh.

En revanche, les généraux Ansumana Tamba, ancien commandant de la garde présidentielle, et Umpa Mendy, ex-responsable de la protection rapprochée de Yahya Jammeh, ont été acquittés, lors d’un autre procès en cour martiale.

Cette décision doit encore être confirmée par le chef d‘état-major, en vertu de la règlementation militaire.

Les deux généraux avaient été arrêté chacun à son domicile, après avoir pu quitter l’aéroport sans être inquiétés. Le président Barrow avait qualifié peu après cet incident de “sonnette d’alarme”, affirmant qu’il avait abouti à la suspension de responsables des services d’immigration.

La sécurité du pays est toujours assurée par la force de la CEDEAO, dont le mandat a été prolongé à plusieurs reprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *