Inondations au Mali : Responsabilités partagées…des actions fortes s’imposent !

La ville de Bamako a reçu, le mercredi 15 mai dernier, une forte  pluie torrentielle, ayant causé la mort de plus de 15 personnes (bilan officiel) avec des blessés et d’importants dégâts matériels dans les quartiers de Niamakoro, Kalaban-coro, Missabougou, et Faladiè. Après ce bilan macabre, nombreux sont les citoyens qui se demandent qui en est le responsable ? L’Etat ou les victimes ? Incontestablement, l’Etat est le premier responsable de ces inondations. Car il est de son devoir d’assurer la sécurité des personnes et des biens.

Pour ce faire, il dispose de tous les moyens pour empêcher aux citoyens de s’installer en des endroits où leur sécurité n’est pas assurée. La responsabilité de l’Etat ne disculpe pas les victimes, coupables de leur propre turpitude. La preuve, elles sont toutes conscientes du danger qu’elles encourent  en venant habiter les lits du fleuve ou le passage des eaux.

Pire, certaines victimes ne sont pas à leurs premiers sinistres. Chaque année, elles sont parmi les victimes à qui l’Etat et certaines organisations humanitaires font des dons et hébergent dans les écoles.

Selon certains citoyens, « ces inondations, entrainant des pertes en vies humaines, peuvent être évitées, si, seulement si, l’homme s’humanisait un tout petit peu ses comportements. Toute cette situation  n’est que la résultante de la bêtise humaine ». Pour pallier à cette situation et éviter de prochains dégâts lors des prochaines pluies à Bamako, il faut non seulement de nouvelles mesures du côté du gouvernement, mais également le changement de comportement des citoyens.

Au-delà des sanctions pour lutter contre les inondations au Mali, les spécialistes recommandent que chaque mairie fasse un plan de canalisation des eaux usées sur 5 ans avec des entrepreneurs à rembourser par la TDRL. Cette action devra être soutenue par la suspension de la fabrication et l’importation des emballages en plastiques d’ici fin 2020. Autres mesures : la mise en place de plusieurs GIE pour le ramassage des ordures domestiques et le recrutement de plusieurs agents au niveau des mairies pour sillonner les rues et sanctionner ceux qui déversent des ordures dans des caniveaux et les rues.

Enfin, il conviendrait de multiplier les campagnes de sensibilisation pour informer la population sur les dangers de leurs comportements. En conclusion, tant que les fautifs ne sont pas sanctionnés, il y aura d’autres qui feront les mêmes choses.

www.bamakonews.net

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*