Actualités Société

Centre du Mali : Encore des morts !

Des hommes armés, non identifiés, ont attaqué, hier lundi 10 juin, le village de Sobanekou dans la commune rurale de Sangha (cercle de Bandiagara, région de Mopti). Le bilan provisoire fait état de 95 morts, selon le ministère de la Défense et des anciens combattants. Depuis l’apparition de groupes djihadistes au Mali, les violences semblent se multiplier entre Peuls et Dogons. À leur origine, l’idée répandue selon laquelle les Peuls sont pour la plupart complices des terroristes. Une théorie absurde, réfutent les Peuls, qui avancent que cela est faux bien que certains membres de leur communauté aient rejoint les djihadistes.

Jamais le Mali, pays de près de 15 millions d’habitants où cohabitent plus d’une soixantaine d’ethnies, n’avait connu des violences intercommunautaires aussi meurtrières. Ce qui se passe, en ce moment au Centre du Mali, est inimaginable. Certes, la cohabitation n’a jamais été simple, mais elle a connu ces dernières années un regain de tensions. En cause : le difficile partage des terres arides dans ce pays enclavé du Sahel où plus de 80% de la population vit de l’Agriculture. Entre les cultivateurs (en majorité des Dogons) et les éleveurs (en majorité des Peuls), les litiges se multiplient : pour l’accès à l’eau, bien sûr, mais aussi aux pâtures, alors que les couloirs de transhumance des uns traversent régulièrement les surfaces cultivées des autres. Il urge pour les autorités maliennes de se pencher sérieusement sur la cascade de tueries entre les communautés, notamment Peuls et Dogons, du centre, qui commencent à prendre des proportions ayant dépassé tout commentaire.

Paul Y. N’GUESSAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *