Actualités Politique

Crise du Centre : Fauteuil de Troie pour Dioncounda Traoré

Pour le Mali, aucun sacrifice n’est de trop. Le président IBK, après avoir convaincu des redoutables opposants à participer au gouvernement de large ouverture, a jeté son dévolu sur son aîné, le Pr Dioncounda Traoré, ancien président de la transition, comme son Haut représentant pour le centre. Une mission de haut challenge pour ce dernier, eu égard à la situation plus qu’agitée dans laquelle le pays, particulièrement le Centre est confronté ces derniers temps.

Selon l’ONU, la situation sécuritaire au centre du Mali est «alarmante et reste toujours précaire » au Centre du pays. L’heure ne semble plus à la médiation, mais plutôt à l’action sur la délicate question. Dioncounda Traoré a été nommé Haut représentant du président de la République pour le Centre, afin d’apaiser la spirale de tuerie dans cette région, et faire revenir la paix, et le vivre-ensemble. Peu d’observateurs ou de simples citoyens maliens lambda pensaient à un choix, autre que celui de Dioncounda Traoré qui semble épuiser sous le poids de l’âge. C’est finalement le natif de Kati, ancien président de l’Assemblée nationale, qui sera à la commande de la tumultueuse mission du président IBK pour le Centre.

La mission acceptée avec confiance par l’aîné aurait pu se porter sur un autre fils du terroir, fin connaisseur de cette zone de métissage, et à forte connotation ethnique (Peulhs, Bozos et Dogons) notamment. Cela, pour baliser facilement le terrain d’un dialogue aisé. Mais l’option de l’ancien président de la transition, ou un autre, n’est pas le débat. Car, la vraie question n’est pas de savoir qui peut sauver le Centre du Mali ? Mais bien évidemment, qu’est-ce qu’il faut faire pour sauver le Mali ?

Dans une zone à fort risque, qui porte les cicatrices de milliers de morts toutes ethnies confondues, l’épineuse charge à équation pour Dioncounda Traoré serait de parvenir à une lecture convenue avec les originaires de la zone, qui écarte toute thèse d’un Malien qui tue un autre Malien. En terme clair, démontrer qu’il n’y a pas de conflit inter communautaire au Centre du Mali. Ce qui sera une mission difficile. Car les concessions et l’absence de l’Etat au Centre du pays, durant un certain temps, ont animé chez certaines populations de la zone un sentiment d’oublié, sans protection aucune.

Ce qui a encouragé des tueries et des contre tueries entre communautés ciblées, avec des milliers de morts depuis début 2019. Et depuis, l’horreur du diable ne cesse de frapper des populations et des autorités qui doivent encore poser un diagnostic fécond et juste pour endiguer l’insécurité et les violences. Pour réussir sa lancinante mission c’est de là que l’homme d’Etat Dioncounda Traoré, doit réussir ses premiers pas.

Ousmane Tangara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *