Actualités Politique

Dialogue politique inclusif : IBK active officiellement son Triumvirat

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a procédé, hier mardi 26 juin 2019, dans la salle de banquets du Palais de Koulouba, à la remise solennelle de la feuille de route aux trois personnalités désignées pour conduire le Dialogue politique inclusif au Mali. Pour rappel, c’est après une large consultation de la classe politique, des légitimités traditionnelles et de la société civile, que le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a porté son choix sur le Pr Baba Akhib Haïdara, Médiateur de la République, l’ancien Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga et l’ancienne ministre de la Culture Aminata Dramane Traoré, pour conduire la difficile, mais exaltante mission.

« A l’ instant, nous installerons les trois personnes sur lesquelles le choix, que me confèrent mes charges, s’est porté pour conduire le dialogue politique inclusif ainsi que le processus subséquent de réformes institutionnelles. Une femme et deux hommes. La femme, d’abord, attachée au terroir, au territoire, à l’Afrique, dans un monde partageux où les uns ne sont pas des loups pour les autres. Une femme au verbe clair et haut : Aminata Dramane Traoré. Merci chère sœur de nous avoir fait l’honneur d’accepter !

Baba Hakib Haïdara, le médiateur de la République, militant infatigable, persuasif et loyal. Il vient à̀ cette mission, fort de décennies d’expérience, dans la science de l’écoute, de l’interaction et de la synthèse. Puis, Ousmane Issoufi Maïga, ancien Premier ministre, homme d’action porté sur le résultat, avec la poigne et l’autorité qui lui sont reconnues, mais également avec le respect qui lui est témoigné, y compris par ses adversaires », a déclaré le Chef de l’État.

Avant de rappeler ceci « ils savent et c’est pourquoi, je leur serai toujours reconnaissant d’avoir accepté la mission, qu’ils ont fort à faire. Ils ont fort à faire entre plusieurs nécessités, toutes impérieuses. D’abord, secouer le cocotier après trois décennies de parcours institutionnel. Ensuite éviter de jeter le bébé avec l’eau du bain, pour utiliser ici et pour toute sa pédagogie, l’expression du regretté Me Demba Diallo.

Ils donneront également la parole car la catharsis, en l’occurrence, peut être salutaire. Mais il leur faudra arbitrer avec tact. Car les débats devront être ordonnés et courtois, ils devront être épuisés dans un temps donné pour donner lieu à̀ l’utile synthèse que le pays attend et à laquelle il a droit.
Tout cela devra être fait. Ce ne sera rien de facile pour le trio arbitral. Nous savons quel peuple nous sommes. »

Le Comité d’organisation, mis en place pour assurer la préparation matérielle et scientifique du dialogue politique, est présidé par l’ambassadeur Cheick Sidi Diarra, ancien Conseiller spécial pour l’Afrique du Secrétaire général des Nations-Unies. Le dialogue politique inclusif permettra d’avoir un large consensus autour des grandes questions de la nation, notamment les réformes politiques, institutionnelles et sécuritaires au Mali.

Paul Y. N’GUESSAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *