Mariage : Les freins liés à la frénésie des dépenses ?

Le mariage est considéré comme un moment de joie, une étape importante du passage à la vie d’adulte. Mais, sa célébration, pour certains, n’est pas des plus aisées. Si bien que de plus en plus des jeunes ont tendance à préférer le célibat qu’à la vie de couple.

Oumar Diakité est un jeune de 25 ans, domicilié à Missabougou. Il est titulaire d’un Master 2 en Économie, obtenu dans une université privée de la place. L’unique garçon de la famille Diakité qui est en quête d’emploi, nous raconte « il y a environ deux ans, j’ai décidé de me marier avec ma copine. La date de notre mariage est en passe d’être définie. Afin de convoler en justes noces, nous avons décidé d’informer nos familles respectives. Après les discussions, nos deux familles ont donné leur accord de principe pour qu’on se marie. Jusque-là, il n’y avait pas de problème. Le hic s’est produit lorsqu’on a voulu faire une estimation du coût du mariage. Seul, j’avais tout plafonné à un million de FCFA. Mais, quand j’ai mis ma copine et mes parents au courant, tout a chamboulé», se rappelle encore le jeune sans-emploi de 25 ans.

Assis sur un banc, les yeux assombris par l’émotion, le jeune homme s’efforce de puiser dans son passé un brin d’histoire à raconter. Les échanges se passaient bien jusqu’à ce que, tout d’un coup, notre interlocuteur se mette à pointer un doigt accusateur sur sa copine, ses parents et ceux de sa dulcinée. « Chacun a mis sa touche et ils ont alourdi la tâche. Au finish, je me suis retrouvé avec une estimation de plus de 2 millions de FCFA », explique l’économiste en herbe, qui a décidé alors de renvoyer son mariage à une date ultérieure. « Après réflexion, j’ai décidé de reporter le mariage, le temps de réunir encore plus d’argent. Ma copine n’a pas accepté l’idée et nous nous sommes quittés. Et depuis lors, l’idée du mariage ne me vient plus en tête ». Et c’est la fin d’une aventure amoureuse.

Comme Oumar Diakité, ils sont nombreux les jeunes citadins qui préfèrent rester dans le célibat. Certes, certains veulent se marier, mais les multiples conditions protocolaires, généralement exigées dans notre société, n’encouragent pas les jeunes sans emplois décents. N’ont-ils pas raison d’avoir peur de se lancer dans cette aventure aléatoire, au regard des nombreux mariages éphémères. En tout cas, il ne faut confondre le jour du mariage (où les mariés sont des princes et princesses) au mariage, qui est fait de haut et de bas.

www.bamakonews.net

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*