Actualités Société

Vie de couple : « Ne pas savoir cuisiner », est-il un facteur de divorce ?

Au Mali, un pays de vieille civilisation, le mariage, cellule de base de la société, est sacré et doit être respecté pas tous. Mais, de plus en plus, on assiste à de nombreux divorces dont certains n’ont aucune explication valable. Voilà pourquoi, nous avons interrogé des Maliens d’horizons divers et de tout âge sur la question de savoir : « Ne pas savoir cuisiner, est-ce un facteur de divorce pour la femme ? » Selon les vielles personnes, la femme est le soubassement d’une famille, le miroir de son mari, mais et surtout la mère qui nourrit toute une cité. Une des raisons qui recommande donc à la femme malienne  de savoir cuisiner, non seulement pour son époux, mais aussi pour sa nouvelle famille qu’elle va rejoindre pour toute la vie.

Le mariage étant une étape très importante dans la vie du couple, l’homme doit savoir comment faire son choix concernant sa partenaire à vie. Et pour ce choix, plusieurs facteurs s’imposent, notamment est-ce une femme de bonne éducation ? Vient-elle d’une bonne famille ? Est-elle soumise, respectueuse ? Certes, la femme malienne mariée doit avoir une certaine maturité d’esprit, mais, il est primordial de  savoir cuisiner pour le bon fonctionnement du foyer. Lisez plutôt !

Agaicha Touré,  étudiante : « La cuisine est un facteur qui permet à la femme de bien conserver son foyer. Sinon l’éducation et le comportement physique peuvent faciliter la vie du couple à une femme. Cuisiner ou pas, elle peut  risquer le divorce à tout moment. Car le rôle principal de la femme est la conservation du foyer. Et pour remplir ce rôle, elle doit obligatoirement satisfaire son mari, principalement dans leurs assiettes ». 

Dr Wattara, Dermatologue : «La cuisine n’est pas un motif réel du mariage. Le mariage est un projet de vie d’ensemble, et non un examen de cordon bleu. Si une femme doit perdre son foyer pour une histoire de cuisine, comprenez que cet homme est de l’air Kankou Moussa. Que diriez-vous des couples fonctionnaires, où la cuisine est gérée par la gouvernante ? »

Tenin Berthé : « De mon point vue, cela dépend des raisonnements de tout un chacun. Chaque femme doit être plutôt instruite et après, elle pourra apprendre à cuisiner sans l’aide de quelqu’un. En un mot, elles doivent avoir de l’ambition. Mais dans notre société, surtout dans certaines ethnies comme chez les Peuhls, Soninkés, Diawambés, Bambara, ce sujet suscite d’énormes débats, car une femme qui ne sait pas cuisiner peut attirer les moqueries de ses belles sœurs et de sa belle-mère. Pour résoudre ce problème et éviter tout désagrément, la femme peut apprendre avec les nouvelles technologies comment assaisonner et comment faire pour réussir avec de la volonté, car rien n’est impossible »

Mme Kone Rokia, sociologue de formation : « Si une femme ne sait pas cuisiner, c’est évidemment une cause de divorce, car la vie est une question de survie. Au Mali, certaines filles n’aiment pas la cuisine. Et la crainte des mères est qu’on leur renvoie leurs filles de leur foyer. Et là, ce serait la honte pour toute la famille. Pour être considérée comme une bonne épouse, un des ingrédients sine qua non est de savoir s’occuper du ventre de son homme. Savoir cuisiner pour une femme serait donc un des gages de succès de sa vie de couple. Nos mamans le soutiennent tandis que nos sœurs semblent ne plus considérer ce facteur » martèle-t-elle

Djénébou Cissé, commerçante : «On ne naît pas cuisinière, on le devient. A notre temps, les filles s’occupaient de la cuisine avec la maman et les garçons aidaient le papa. Ce qui faisait d’elles des cuisinières de bon niveau. Qu’elles soient douées ou pas pour cela, qu’elles aient une mauvaise volonté ou pas, elles arrivaient quand même à avoir les bases nécessaires pour tenir une cuisine, une fois mariée. Une fille qui ne sait pas cuisiner, la fautive est automatiquement sa maman ».

 Issa Cissé, journaliste-reporter d’images : « Avant dans notre société, les femmes qui ne savaient pas cuisiner avaient du mal à trouver un mari. Du coup, toutes les mères préparaient leurs filles en conséquence. Mais de nos jours, ce n’est plus le cas, parce que la plupart des jeunes femmes n’ont plus le temps d’aider leurs mamans à la cuisine à cause des nouvelles technologies. Ainsi, on a tendance à voir chaque jour que Dieu fait, des nouvelles mariées qui ne savent pas préparer, mais cela n’empêche aucune épouse d’être heureuse dans son foyer, puisque les hommes ne se focalisent plus sur ces détails dans un couple».

Nana Sylla, secrétaire : «De nos jours, c’est compliqué, car la majorité des filles ou jeunes femmes maliennes ont des difficultés à être dans la cuisine, même si elles sont persuadées que la bonne cuisine permet de renforcer l’amour entre la femme et son conjoint.  Aujourd’hui, les jeunes filles passent tout leur temps à ne rien faire et une fois au foyer, elles rencontrent d’énormes problèmes. J’ai même vu des familles qui ont envoyé leur belles filles soi-disant qu’elles ne savent pas préparer», révèle-t-elle

Moumine Sindébou, journaliste : « On ne se marie pas pour aller faire la cuisine. C’est plutôt pour fonder une famille. Certes, dans notre tradition, les travaux ménagers sont dédiés aux femmes, sauf généralement au nord du pays, où une  partie de ces activités est menée par des hommes ou des esclaves. Mais cela ne signifie pas que le rôle de la femme dans le foyer se limite à faire la cuisine. Elle doit non seulement veiller sur l’éducation des enfants, mais surtout le bien-être de toute la famille ; apaiser les tensions et tant d’autres. Mais, ce n’est pas pour dire qu’elle ne doit pas faire la cuisine. C’est une règle importante de la séduction, dans la mesure où nous sommes dans une société où les hommes n’ont pas  la culture de la cuisine. Alors pour garder son époux, l’important de pouvoir lui faire des bons plats.

Me Daou, Avocat : «Une femme qui ne sait pas cuisiner, le risque du divorce est élevé dans le contexte africain, car savoir cuisiner est perçu comme une obligation pour une femme au foyer. Une femme qui sait cuisiner construit son couple et renforce la vie conjugale. Certes, les hommes n’ont pas les mêmes critères pour marier une femme. Mais il est persuadé que la bonne cuisine permet de renforcer l’amour entre la femme et son conjoint. Sinon, Game over pour la femme».

Mme Niangadou Gogo Daou, mère de famille : «C’est très important : la femme qui sait cuisiner sera valorisée. La femme est responsable de l’alimentation de la famille. Ne dit-on pas aussi qu’un mari qui mange bien rentre toujours tôt à la maison et ne se précipite jamais pour partir dehors. Une femme qui ne sait pas cuisiner peut être divorcée. J’en connais une qui a été divorcée par son mari, parce qu’elle ne sait pas cuisiner, et elle est était aussi sale. Pour vraiment être épanouie et sauver son mariage, il faut apprendre à faire la cuisine».

Demba Diallo, chef de famille : «Si une femme ne sait pas cuisiner, cela ne doit pas l’emmener au divorce. Personne n’est né avec la cuisine. On apprend. Si elle n’a pas pu apprendre chez ses parents, elle pourra l’apprendre chez son mari ».

Fatoumata KOITA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *