Calcaire : puissant conservateur d’humidité

Le secteur de l’habitat dans certaines localités au Mali est confronté à un certain nombre de contraintes, notamment l’approvisionnement en matériaux de construction. Dans les régions du centre et du nord, le calcaire était un matériau incontournable pour la construction des maisons.

Malheureusement, ce matériau qui est un puissant conservateur de la fraicheur est de plus en plus remplacé par du ciment.

L’architecture des constructions en calcaire constitue un patrimoine à préserver. Cette architecture est l’une des manifestations les plus représentatives de la capacité humaine à créer un environnement fait  avec des ressources disponibles. Et c’est d’ailleurs, ce qui explique les différents sites du pays classés parmi les patrimoines mondiaux.

À Tombouctou, le calcaire est aussi appelé ‘’Alhore’’ et la construction en Alhore représente l’identité culturelle de la région. Cependant, elle est en voie de disparition. Le coût élevé de ce matériau est le premier argument avancé. Et cela oblige les populations à se diriger vers le ciment.

Selon Mahamane Tandina, un professeur à la retraite « Ces matériaux qui conservent la fraicheur ne se trouvent nulle part ailleurs si ce n’est pas à Tombouctou».

Pour Mahamane Sidi Touré, chef maçon, cette situation est due au manque de professionnalisme de certains maçons: «Les constructions d’avant et celles d’aujourd’hui ne sont pas les mêmes. On ne met pas le dosage normal des matériaux aujourd’hui », déplore-t-il.

La dégradation des constructions traditionnelles se fait sentir de plus en plus. Les causes sont connues depuis longtemps. En effet, certains édifices tombent en ruine par manque d’entretien après plusieurs hivernages. Ces constructions sont pourtant le fruit d’un savoir-faire, légué de père en fils, et traduisent la maîtrise d’une technique architecturale d’une exploitation judicieuse du milieu naturel par l’homme.

Andiè Adama DARA

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*