Centre du Mali : L’émissaire de l’UE prône le retour des services sociaux de base

De son passage à Bamako, la Haute représentante de l’Union européenne, non moins vice-présidente de la Commission européenne, Mme Federica Mogherini, a animé, le mercredi 10 juillet 2019, dans la salle de conférence du ministère des Affaires étrangères et de la coopération inter nationale, un point de presse, focalisé sur la situation sécuritaire dans le sahel, notamment dans le centre du Mali, théâtre d’attaques terroristes et de conflits intercommunautaires.

Selon la conférencière, le Mali vit un énorme défi sécuritaire, économique et social. A son avis, il est temps que la classe politique puisse se rassembler autour d’un dialogue approfondi, afin d’éviter que ces crises ne soient instrumentalisées de façon opportuniste.

« Le Mali fait partie des priorités de l’Union européenne qui déploie un soutien multidimensionnel et dans une approche intégrée. L’UE et EM totalisent au Mali un portefeuille de 2,5 milliards d’euros»  a-t-elle révélé.

Au regard des problèmes sécuritaire et social auxquels fait face notre pays, Mme Federica Mogherini estime que le Mali ne peut trouver une solution qu’au-delà de ses frontières, dans une approche régionale au sahel.

Pour elle, le G5 sahel est une initiative régionale qu’il importe de développer afin de faire face à des problématiques communes.

En tout cas, Mme Federica Mogherini a réitéré le soutien de l’Union européenne aux pays du G5 Sahel, et souhaité le rétablissement des services sociaux de base en faveur des populations du centre du Mali, victimes des attaques terroristes et violences communautaires.

Pour rappel, l’Union européenne, par la voix de sa Haute représentante, a annoncé une aide de 138 millions d’euros, (soit plus de 90 502 milliards de FCFA) supplémentaires pour le financement de la force conjointe du G5 Sahel. C’était à la faveur de la 5è réunion interministérielle des ministres des Affaires étrangères des 5 pays membres du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), réunis à Ouagadougou.

                                                                                                 Fadimata KONTAO

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*