Actualités Economie

Climat des affaires : les assurances d’IBK aux investisseurs

Lors de la 3è édition de la rentrée économique 2019, tenue le jeudi 25 juillet dernier à Koulouba, sous le  thème central : «Préservation et renforcement de la sécurité juridique et judiciaire des affaires au Mali», le président de la République Ibrahim Boubacar Keita, confiant en au climat des affaires au Mali, a une fois de plus réitéré son engagement et sa détermination et ceux du gouvernement à mettre la Justice malienne dans toutes les conditions idoines afin de protéger l’investissement au Mali.

Pour le président IBK: « il faut sécuriser l’investissement par les bonnes décisions de justice, une justice indépendante et crédible». En effet, reconnaît le premier magistrat du pays, «c’est au mérite de sa justice, qu’il sera possible pour le Mali, d’attirer l’investissement privé national, direct et indirect étrangers ».

En 2018, a-t-il rappelé, de fortes mesures ont été envisagées par le gouvernement pour non seulement relancer l’économie, mais également stimuler l’investissement étranger au Mali. Il s’agit, entre autres de l’allégement de certaines taxes fiscales sur les salaires, à savoir la charge des employeurs mais aussi l’accès des entreprises à la commande publique.

Ces fortes mesures en faveur du monde des affaires, n’ont pas tardé à payer, s’est félicité le président IBK. Pour preuve : « En 2018, notre pays se place 3ème dans l’espace (UEMOA) après la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Le Mali compte faire mieux au regard des fortes potentialités qu’offre le pays », a-t-il noté.

Mieux, soutient-il, le Mali reste un grand producteur de coton graine : 1er en 2018 en Afrique de l’Ouest devant le Burkina Faso, avec 750 000 tonnes. Cependant, les données estiment que seulement 2% de coton graine sont transformés.

«Il faut changer la donne. Le Mali industrialisé ne doit plus se faire attendre», a déclaré le chef de l’Etat. Pour qui, la capacité agro-industrielle du pays devra s’intensifier, la capacité de mise en place des unités industrielles renforcée. Ce qui doit passer, à son avis, par la transformation de produits locaux et faire profiter davantage l’or blanc au paysan et aux Maliens.

En tout cas, le chef de l’Etat rassure les chefs d’entreprises locaux et étrangers : « Je continue à vous apporter toute ma confiance et vous assure que le gouvernement mettra tout en œuvre pour que notre secteur privé soit performant, dynamique et nous porte encore plus haut ». Une assurance dont les échos sont déjà favorables au Conseil national du patronat Mali (CNPM), qui à travers son président, Mamadou Sinsy Coulibaly, auparavant, a invité le gouvernement à poursuivre ses efforts.

Ousmane Tangara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *