Hivernage : Bamako dans le noir

Cela est connu de tous les Bamakois : à chaque hivernage, il suffit juste que le vent souffle ou que les gouttes de pluies tombent pour qu’une grande partie de la ville se retrouve dans le noir, facteur aggravant d’insécurité (vols, braquage et attentats) dans pratiquement tous les quartiers de la capitale malienne.                

En effet, les Bamakois sont quotidiennement privés d’électricité que ce soit à la maison ou sur les lieux de travail. Au fait, ces coupures intempestives, qui peuvent parfois durer plusieurs heures, dans certains quartiers, deviennent de plus en plus insupportables pour certains qui ont des solutions alternatives : les groupes électrogènes ou les panneaux solaires. 

Il est vrai que la demande d’électricité est plus forte que l’offre au Mali. Ce qui est surtout réel pendant la période de forte chaleur.

Mais, le comble est que même pendant l’hivernage où les centrales hydrauliques sont bien alimentées en l’eau, le cauchemar (délestage) continue et persiste. Toute chose qui empêche certains de travailler, mais favorise l’insécurité.

Adam Diallo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*