Le dah fibre : une alternative contre les sachets plastiques

Le dah fibre : une alternative contre les sachets plastiques

L’impact des déchets  plastiques n’est plus un secret pour personne. Entre l’érosion du sol, la pollution de la faune et de la flore, les déchets plastiques, notamment les sacs en plastiques, ont d’énormes conséquences négatives sur notre santé et notre environnement. En effet, leur usage est devenu incontournable, voire indispensable dans notre vie quotidienne. Ainsi, dans le souci de pailler aux nombreux impacts néfastes, la société des fibres du Mali (FIMA-Sarl) s’est spécialisée dans la confection d’emballages naturels. Une initiative contribuant à lutter contre l’usage des déchets plastiques non biodégradables.

Créée suite à l’arrêt  du projet Cellule de Développement des Fibres Végétales (CDFV) 2002-2009, financée par la AKDN, les activités de la société FIMA concernent le développement de l’Agro business avec un focus  sur l’achat et le conditionnement des fibres Dah en balles ; l’exportation des fibres et produits végétaux, le développement de la chaîne de valeur Dah fibre. A ceux-ci s’ajoutent la confection des petits sacs d’emballages naturels à base de Dah fibre ; l’amélioration des produits de l’agriculture et de cueillette.

Dans la sous région, FIMA Sarl, avec ses partenaires, est la seule entreprise qui développe la chaîne de valeur Dah fibre pour la création des richesses durables et la promotion des emballages naturels et biodégradables en faveur de l’environnement.

Ainsi, la société FIMA Sarl vise à augmenter le nombre de producteurs de dah de 500 à 1 500 d’ici 2021-2022.

« Nous voulions également augmenter le volume de la production de 500 à 2000 tonnes d’ici 3 ans ; promouvoir des emballages naturels, biodégradables sur place en faveur de l’environnement et le bon conditionnement des produits locaux», nous confie Modibo Sidibé, promoteur de la société FIMA Sarl.

Basée à Sikasso, la société couvre les régions de Sikasso et Ségou avec un  focus sur la création des richesses durables à travers la culture de Dah fibre.

Le Dah fibre (encore appelé la fibre de Dah) est de la famille des Hibiscus dont la culture est simple. Il a un rendement moyen de 2 tonnes des fibres par hectare pour un gain de plus de 500 000 FCFA. Ce qui permet d’assurer le bien-être de nombreuses familles.

Selon M. Sidibé, promoteur de la société, le besoin annuel en fibres se chiffre à plus de 15 000 tonnes pour une production moyenne de 500 tonnes. Cette activité est un facteur de création d’emplois des jeunes.

Aussi, a-t-il fait savoir, le Dah fibre est surtout cultivé pour ses tiges. C’est l’écorce qui constitue la fibre après un trempage dans l’eau.

Quant au sac en fibre dah, il est fabriqué selon les caractéristiques et usages des produits agricoles et mode d’utilisation. On se sert de la fibre de Dah pour fabriquer les fils qui sont rassemblés en bobines pour confectionner et tisser le ruban, découpé pour la  fabrication des sacs, selon les différents usages.

La fibre de Dah utilisé aussi dans la fabrication des emballages naturels et pour la bonne conservation de nos produits agricoles tels que les céréales, les noix d’acajou, la pomme de terre, le café, le cacao  pour le marché.

Par ailleurs, le Dah fibre entre également dans la confection de nos masques. Certains l’utilisent aussi comme emballage de bidon d’eau, plus connu sous le nom de « Tiako-boro) (permettant de conserver la fraicheur de l’eau pendant des heures).

Ainsi, la société FIMA Sarl est une initiative salutaire en faveur de la protection de l’environnement, et se veut un important partenaire stratégique du ministère de l’Environnement, de l’assainissement et du développement durable pour la lutte contre les déchets plastiques non biodégradables.

                                                       Assitan Siga FADIGA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *